RDC  : China Moly renforce sa participation dans la mine de cuivre de Tenke

 |   |  286  mots
(Crédits : Katanga Mining)
En 2016, la compagnie minière China Moly acquérait 56% du capital de la mine de Tenke pour 2,6 milliards de dollars à Freeport McMoRan. Aujourd'hui, la société spécialisée dans l'exploitation du cuivre en RD Congo renforce son actionnariat au sein du groupe, avec l'objectif d'améliorer sa rentabilité.

La société chinoise Molybdenum va porter sa participation dans la mine de cuivre de Tenke au Congo à 80%. L'annonce a été faite ce vendredi 18 janvier par le groupe dans un communiqué adressé à la bourse de Shanghai.

Le groupe y informe du rachat de BHR Newwood, une société de capital investissement, pour un montant de 1,1 milliard de dollars afin d'accroître son contrôle sur la mine de cuivre de Tenke, en République démocratique du Congo. BHR Newwood DRC Holdings a été créée en 2017 par le fonds d'investissement BHR pour acquérir 24% du capital de Tenke en 2017. Par cette acquisition, Moly augmente la participation et le contrôle de la société sur la mine de cuivre Tenke et «renforcera davantage la rentabilité et la résilience de la société», précisé le groupe dans son communiqué.

Présence accrue des Chinois

La décision du minier chinois Moly intervient moins d'un mois après celle de la compagnie Congo Dongfang International Mining (CDM), contrôlée par le groupe Zhejiang Huayou Cobalt. Cette dernière a prévu d'investir 147,2 millions de dollars dans un projet minier au niveau de la filière du cuivre. L'investissement de China Moly s'inscrit ainsi dans une tendance générale de renforcement de la présence des entreprises chinoises dans le secteur minier en RDC.

Plusieurs autres groupes sont actifs dans les mines congolaises. Parmi eux, Jinchuan international Resources -propriétaire de 75 % de Ruashi Mining, via sa filiale Jinchuan Subco, mais aussi les sociétés China's Wanboa Mining (Feza Mining) et Nanjing Hanrui Cobalt (Metal Mines) productrices du concentré de cobalt, sans oublier les exploitants chinois présents au niveau des mines artisanales congolaises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :