Centrafrique  : 500 millions de dollars pour la reconstruction

La banque mondiale envisage de décaisser une somme de 500 millions de dollars à la Centrafrique pour sa reconstruction. Le décaissement des fonds sera un des sujets de discussion entre le vice-président de l'institution financière, en visite à Bangui du 10 au 12 mars 2017 et le chef de l'Etat Faustin Archange Touadéra.
(Crédits : reuters.com)

La Banque mondiale l'a promis à la Centrafrique, lors de la conférence des donateurs de Bruxelles. Elle s'était engagée à participer avec une somme de 500 millions de dollars à la construction du pays, après plusieurs années de crises meurtrières. En tournée dans le pays du 10 au 12 mars 2017, le vice-président de la banque mondiale (BM), Makhtar Diop a prévu évoquer avec le président de la République Faustin Archange Touadéra, l'intention de son institution financière d'honorer le plus rapidement possible, leur engagement.

« Cette visite se tient dans un moment capital pour la République centrafricaine, alors que le pays tente de bâtir la paix et de reconstruire la nation. En tant que partenaire privilégié du développement de la République centrafricaine, la Banque mondiale est prête à commencer la mise en exécution de ses engagements au cours de la conférence internationale des donateurs, qui s'est tenue en novembre dernier à Bruxelles », a expliqué le chargé de mission pour la RCA à la Banque mondiale, Jean-Christophe Carret, à la presse centrafricaine.

Selon ce dernier, Makhtar Diop lors de son voyage à Bangui et à Bambari, s'entretiendra avec les dirigeants centrafricains, sur les priorités de la stratégie du pays pour son développement. En outre, a-t-il ajouté, le vice-président de la Banque mondiale échangera avec le représentant du Secrétaire général des Nations Unies et le chef de la MINUSCA, au sujet des tensions qui continuent à l'intérieur du pays.

Malgré la crise qui se poursuit en Centrafrique, contrairement à ce qui prévalait, aujourd'hui le pays dispose d'un chef d'Etat, d'un parlement constitué de députés élus démocratiquement. Elle a aussi réussi à maîtriser ses finances publiques. Des efforts qui encouragent la communauté internationale.

10 fois l'aide traditionnelle à la Centrafrique

Le problème de la Centrafrique n'est pas des moindres. Environ 2,3 millions de Centrafricains ont encore besoin d'aide humanitaire. Un chiffre très alarmant qui explique la promesse de la BM. Les 500 millions de dollars seront décaissés sur une période de 3 ans et représentent dix fois l'aide traditionnelle accordée par l'institution au pays. Découlant d'un programme ambitieux financé par le régime de soutien au redressement (turn-around facility) de l'Association internationale de développement (IDA), il s'agit d'un fonds de la Banque mondiale destiné à soutenir les États fragiles dans leurs processus de transition.

L'appui de la BM devra donc servir à appuyer la gestion des finances publiques ainsi que la réinsertion des anciens combattants et des personnes déplacées. Il vise également à créer des emplois en réhabilitant un axe routier important et en relançant le secteur agricole. « La République centrafricaine, l'un des pays les plus pauvres et les plus fragiles au monde, se remet à peine d'une des crises les plus violentes de son histoire. Mais aujourd'hui, pour la première fois, le pays peut instaurer la paix, la stabilité et les conditions d'un développement durable », a déclaré Makhtar Diop.

Quelles réponses aux enjeux environnementaux et énergétiques en Afrique ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 12/03/2017 à 17:52
Signaler
Je suis très contant a l'aide interventionniste en faveur de la banque mondiale au profit de la république Centrafricaine pour la construction de ce pays qui a connu rétroactivement de perturbations tragiques qui ont laissé des fatalités financiers e...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.