Fintech : la kenyane Pezesha lève 11 millions de dollars pour son expansion ouest-africaine

Basée à Nairobi, Pezesha a bénéficié d’un cycle de financement mené par un fonds de Women's World Banking. De quoi conduire aisément l’encrage dans les marchés ouest-africains pour cette fintech qui vole au secours des micros et petites entreprises non éligibles aux prêts conventionnels.
(Crédits : Pezesha)

Nouvelle étape. Pezesha lève 11 millions de dollars à l'issu d'un cycle de financement mené par mené par Women's World Banking Capital Partners II (WWBCP II) -fonds d'investissement de Women's World Banking, avec la participation de Verdant Frontiers Fintech Fund, et le spécialiste de la blockchain Cardano Input Output Global (IOG). La fintech financera ainsi son plan d'expansion qui cible d'autres marchés en Afrique l'Est et en Afrique de l'Ouest dont le Rwanda et le Nigeria.

Fondé en 2017 par l'entrepreneure Hilda Moraa, Pezesha est déjà active sur trois marchés : le Kenya, l'Ouganda et le Ghana. La fintech propose plusieurs services financiers dont des prêts, des cours de littératie financière et des conseils en matière d'endettement aux micros, petites et moyennes entreprises non éligibles aux prêts bancaires conventionnels. Ce sont en général des commerçants et très souvent des femmes. Pezesha a connu une croissance fulgurante ces deux dernières années, avec plus de 100 000 prêts octroyés, soit une hausse de plus de 2 000% de ses décaissements. Ce qui pourrait expliquer l'engouement des investisseurs.

« Nous sommes ravis d'attirer des investisseurs institutionnels [...] pour exploiter nos plans de croissance et faire passer notre mission au niveau supérieur », a déclaré Hilda Moraa, estimant que cet investissement lui permettra de renforcer le positionnement de son entreprise sur le créneau du financement inclusif.

« Résoudre les problèmes liés du fonds de roulement »

Deuxième fonds d'investissement axé sur le genre créé par l'organisation américaine Women's World Banking, WWBCP II s'intéresse particulièrement aux fintechs valorisant l'inclusion financière. Christina Juhasz, directrice des investissements, Women's World Banking Asset Management -qui gère le fonds- salue la mission que s'est définie la fintech kényane à travers le continent. « Pezesha se consacre à résoudre les problèmes liés au fonds de roulement en Afrique grâce à sa solide infrastructure de prêt et cet investissement leur permettra d'approfondir la gamme de produits financiers offerts, en particulier aux MPME détenues par des femmes », a-t-elle déclaré.

Charles Hoskinson, cofondateur d'IOG et Cardano, a quant à lui vanté les atouts de la technologie blockchain dans un projet comme celui de Pezesha. « Faciliter le mouvement des capitaux vers les marchés émergents pour soutenir la croissance économique et la création d'emplois est une promesse fondamentale de la blockchain et des crypto-monnaies », a-t-il expliqué, soulignant que l'utilisation de cette technologie permettra aux gens du monde entier d'emprunter et de prêter plus facilement de manière réglementée.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.