Corruption : la justice nigériane «pioche» 615 millions de dollars, en espèces, dans les poches d'une ex-ministre !

 |   |  435  mots
Diezani Alison-Madueke, ex-ministre du pétrole du Nigeria, a été la première femme à devenir présidente du cartel mondial des producteurs de pétrole, l'OPEP.
Diezani Alison-Madueke, ex-ministre du pétrole du Nigeria, a été la première femme à devenir présidente du cartel mondial des producteurs de pétrole, l'OPEP. (Crédits : Reuters)
Après les justices américaines et britanniques, c’est au tour de l'autorité anti-corruption nigériane de s’attaquer à l’ex-ministre du Pétrole, Diezani Alison-Madueke. En effet, un tribunal de Lagos vient d’ordonner la saisie de biens immobiliers valorisé à 38 millions de dollars, alors que les autorités requièrent la saisie de 500 millions en actifs entre Lagos et Abuja.

Diezani Alison-Madueke, ex-ministre du pétrole du Nigéria vient d'être rattrapée par la justice locale. En effet, l'agence anti-corruption vient de déclarer la saisie de pas moins de 615 millions de dollars en espèces et une quantité non négligeables de biens illégalement acquis par Alison-Madueke.

500 millions de dollars en biens immobiliers

La Commission des cimes économiques et financiers a annoncé par ailleurs, avoir mis la main sur des « boîtes d'or, d'argent et de bijoux en diamants » dans la résidence de l'ex-ministre. La Commission a également identifié plus d'une douzaine de bâtiments à travers le pays qui appartiendrait à Madueke. La valeur totale de ses biens immobiliers est estimée à plus de 500 millions de dollars.

L'ampleur de ces découvertes a poussé les autorités à demander la saisie de ces biens auprès des tribunaux fédéraux. Nommé à son poste par l'ancien président nigérian Goodluck Jonathan en 2011, Madueke a été ministre du Pétrole pendant 5 ans, jusqu'aux élections perdues par le parti de Goodluck en 2015. En plus des poursuites en cours au Nigeria, cette dernière a été arrêtée à Londres lors de la même année suite à des soupçons de corruption et de blanchiment d'argent.

Poursuivie par 3 pays

Elle a été libérée sous caution quelques semaines plus tard. Madueke est également dans la ligne de mire du département d'Etat à la Justice américain pour les mêmes chefs d'inculpation. L'ex-ministre fait ainsi face à une procédure judiciaire du tribunal de Houston pour des pots-de-vin qui lui aurait été versés entre 2011 et 2015 par deux hommes d'affaires nigérians, Kolawale Akanni Aluko et Olajide Omokore.

Ces derniers sont accusés d'avoir acquis des biens immobiliers à Londres qui auraient été utilisés par l'ex-ministre et son entourage. Ces hommes d'affaires sont également accusés d'avoir acheté des meubles et des œuvres d'arts pour Madueke dans des galeries de Houston. Des achats dont le cumul atteint le million de dollars.

Des actions en justice auxquels s'ajoute la décision émise le 7 août dernier, par le tribunal de la Haute Cour fédérale de Lagos, portant sur la saisie d'une propriété de 38 millions de dollars dans le district de Banana Island, l'une des zones les plus huppés de la métropole qui aurait été acquise de manière illégale selon la Cour. Les magistrats américains cherchent de leur côté à récupérer quelques 144 millions de dollars en actifs qu'ils soupçonnent avoir été acquis par des pots-de-vin versés contre des contrats pétroliers nigérians.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/08/2017 à 11:27 :
Comment etre a ce point denuee d'humanisme ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :