Nigeria : le gouvernement presse Dangote à livrer sa méga-raffinerie

 |   |  491  mots
Aliko Dangote, au centre, lors d'une précédente visite de chantier.
Aliko Dangote, au centre, lors d'une précédente visite de chantier. (Crédits : Reuters)
Les travaux d’installation de la raffinerie privée d’Aliko Dangote au Nigeria avancent, mais pas assez vite pour le gouvernement nigérian. Ce dernier exhorte l’homme d’affaires d'accélérer la cadence afin de finir les travaux de construction de sa méga raffinerie. La livraison de l’usine conçue pour mettre un frein aux importations de pétrole raffiné était initialement prévue pour décembre 2019, mais le pays a plus que jamais soif d'hydrocarbures raffinées.

Au Nigeria, l'attente de voir sortir de terre la plus grande raffinerie de pétrole d'Afrique, celle de l'homme d'affaires Aliko Dangote, commence à trop durer au goût du gouvernement fédéral du pays. Le ministre d'État aux ressources pétrolières, Ibe Kachikwu, qui a visité ce 1er août la raffinerie de pétrole en construction dans la zone de libre-échange de Lekki, dans la capitale commerciale de Lagos, « exhorte » le milliardaire nigérian à accélérer la cadence.

L'attente a trop duré

« Je sais que la fin des travaux de la construction de la raffinerie est prévue pour décembre 2019 mais je ne vous cache pas mon souhait de voir terminées les installations avant cette date », a déclaré le membre du gouvernement Nigéria auprès de nos confrères d'Africanews avant de promettre à Dangote tout « son soutien » pour que le chantier soit livré avant la date échue.

« Le gouvernement est prêt à aider de toutes les manières possibles pour que le projet soit terminé avant 2019 », a déclaré le ministre du pétrole nigérian.

« Nous allons essayer de voir à quel point nous pourrons accélérer les travaux », a ajouté pour sa part Aliko Dangote qui a lui aussi pris part à cette visite de chantier.

Si les autorités nigérianes piaffent d'impatience de voir sortir de terre la raffinerie de Dangote c'est par ce qu'elle constitue un enjeu important pour l'économie du pays le plus peuplé d'Afrique. Le Nigeria est le premier producteur de pétrole sur le continent, mais le pays souffre régulièrement de pénuries de carburant. Or la raffinerie de Dangote, une fois livrée, devrait produire 650.000 barils de pétrole raffiné par jour. Elle permettra ainsi de couvrir une part importante de la demande locale actuelle. Une véritable alternative pour faire baisser le prix de l'essence importé.

Une raffinerie pour une indépendance énergétique du Nigeria

« En fait, le gaz de notre gazoduc augmentera l'approvisionnement en gaz domestique et nous estimons que 12 000 MW supplémentaires de production d'énergie peuvent être ajoutés à la grille avec le gaz supplémentaire de notre système. Nous ajouterons de la valeur à notre économie, car tous ces projets créeront environ 4 000 emplois directs et 145 000 emplois indirects », a ajouté à cet égard Aliko Dangote qui a investi 12 milliards de dollars dans le projet.

D'un coût global de 18 milliards de dollars, le projet intègre la construction d'une usine pétrochimique, ainsi qu'une unité de production d'engrais qui devront également contribuer à satisfaire la demande locale.

En termes de revenus, la raffermie permettra au Nigeria d'économiser annuellement plus de 7,5 milliards de dollars, grâce à la substitution des importations tout en générant 5 milliards de dollars annuels supplémentaires grâce aux exportations de produits pétroliers raffinés, d'engrais et de produits pétrochimiques, notamment vers ses voisins d'Afrique. Le chrono est lancé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :