Expulsion de 2.000 subsahariens d’Algérie : un « profilage ethnique », selon Amnesty International

 |   |  663  mots
(Crédits : Reuters)
Officiellement pour l’Algérie, il s’agit de mesures de protection des frontières et de sécurisation du pays. En moins d’un mois, l’expulsion de 2.000 migrants subsahariens s’est faite via un « profilage ethnique » selon Amnesty International qui dénonce une « répression discriminatoire ». Des mots sévères pour un pays multi-récidiviste qui n’en est pas à sa première vague d’expulsion d’Africains.

L'Algérie a-t-elle eu recours au « profilage ethnique », cette technique d'identification au faciès d'un groupe ethnique, pour expulser des migrants subsahariens ? L'accusation est lourde, mais pour l'ONG Amnesty International qui dénonce des « arrestations arbitraires » et des expulsions massives et « illégales », réponse est sans doute affirmative.

« Profilage ethnique », « arrestations arbitraires », Amnesty International s'insurge

Dans un communiqué incendiaire, l'ONG britannique dénonce l'expulsion de plus de 2000 migrants subsahariens débutée le 22 septembre dernier, le plus souvent en ayant recours à un « profilage ethnique », sans vérification de leur identité ni leur situation de séjour.

Plusieurs de ces personnes refoulées, issus du Niger, de la Guinée, du Burkina Faso et du Benin ont été arrêtées à Alger avant d'être conduites par bus, de nuit vers Tamanrasset (sud) pour être débarquées de l'autre côté de la frontière avec le Niger. Certaines, dont des mineurs et des femmes, ont dû marcher « plus de six heures dans le désert » pour atteindre la ville la plus proche.

« Rien ne saurait justifier d'arrêter et d'expulser de force des centaines de personnes en fonction de leur couleur de peau ou de leur pays d'origine présumé. Il s'agit d'un cas flagrant de profilage ethnique de grande ampleur », dénonce dans le communiqué, Heba Morayef, directrice des recherches pour l'Afrique du Nord à Amnesty International.

« Ce profilage ethnique et l'ampleur des arrestations arbitraires et des expulsions massives et sommaires ces dernières semaines témoignent de l'attitude discriminatoire des autorités algériennes à l'égard des migrants d'Afrique subsaharienne. Elles doivent de toute urgence mettre un terme à ces arrestations et expulsions illégale », complète-t-elle.

Pour l'heure, l'Algérie n'a pas encore réagi aux accusations de l'ONG britannique. Depuis Kigali au Rwanda où il participait, le 20 octobre 2017 à la 2e réunion de l'Union Africaine (UA) consacrée à la migration, Tayeb Louh, le ministre algérien de la Justice, a eu comme une réponse prémonitoire au communiqué.

Justificatif sécuritaire pour l'Algérie, silence dans les pays des expulsés

« L'Algérie n'a pas fermé ses porte devant les migrants et les ressortissants étrangers issus des pays africains, mais elle a œuvré à concilier la nécessité de protéger ses frontières et de sécuriser le pays avec le devoir de solidarité envers les frères africains, notamment les ressortissants des pays voisins », a déclaré le ministre lors ce conciliabule africain.

Et pourtant, malgré cette déclaration de bonne intention, l'Algérie est régulièrement épinglée pour ses expulsions jugées « arbitraires » par les défenseurs des droits de l'Homme, si ce n'est pour des déclarations à l'emporte-pièce et sans tact diplomatique des plus hauts commis de l'Etat. En juillet dernier, sous une levée de boucliers des associations algériennes, Ahmed Ouyahia, le directeur de cabinet du président indexait déjà « ces étrangers en séjour irrégulier [qui] amènent le crime, la drogue et plusieurs autres fléaux » en Algérie.

Le moins que l'on puisse dire c'est qu'avec cette nouvelle vague d'expulsions, l'Algérie récidive dans les reconduites massives à la frontière. Rien qu'en août dernier, près de 1.000 migrants, Nigériens pour la plupart, ont été expulsés selon les mêmes scénarios. L'expulsion sans véritable explication de 1.500 migrants subsahariens en décembre 2016 avait poussé le Mali -dont plusieurs ressortissants avaient fait part de brutalités policières-,à réclamer l'ouverture d'une enquête.

Le plus sidérant dans ces expulsions de subsahariens par l'Algérie est la « froideur » et le silence interrogateur, à la limite coupable des pays dont les ressortissants expulsés sont issus. Aucun mot de condamnation encore moins une réaction des diplomates en poste à Alger. Mutisme également au niveau des instances continentales notamment l'Union africaine qui hésite à réagir face ce pays d'Afrique qui expulse des fils d'Afrique en violation de leurs droits les plus élémentaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2017 à 19:04 :
il faut les expulser en france
a écrit le 25/10/2017 à 9:54 :
Les" fils d'Afrique "n'ont aucun droit à réclamer en Algérie, manquerait plus que ça! On ne vous a pas colonisés, ce n'est pas nous qui vous avons réduits en esclavage mais les marocains et les Touaregs, on ne vous a pas appelés, on ne vous doit RIEN. L'Algérie a assez donné à l'Afrique, les caisses sont vides et la population algérienne est exaspérée.
@ Maxxies: Que les Européens fassent de même avec nos ressortissants irréguliers, c'est tout ce qu'ils méritent et d'ailleurs je me demande pourquoi les autorités européennes ne le font pas. Pour ma part je ne me solidarise pas avec ces gens qui nous font honte. Il y a du boulot en Algérie mais ces bacs moins douze préfèrent aller glander en France plutôt que de travailler de leurs mains, d'où le recours aux migrants subsahariens sur les chantiers algériens.
a écrit le 25/10/2017 à 9:43 :
L'Algérie avait déjà expulsé des dizaines de milliers de marocain en 1975 sans ménagement installés depuis plusieurs années et en saisissant tout leurs biens suite a une brouille diplomatique avec le Maroc au sujet du Sahara espagnol . Ceci étant cela ne me choque pas qu'un pays expulse des migrants illégaux cela fait partie des devoirs d'un état, a quoi sert donc les frontières et les passeports ?
Réponse de le 25/10/2017 à 13:40 :
Tozzz, le marocain. Deux ans auparavant le maroc avait dépossédé de leurs terres sans aucune indemnisation contrairement aux colons français, des Algériens qui s'y trouvaient depuis l'époque coloniale. Dans les années soixante il y a eu des vagues constantes d'expulsions d'Algériens par les marocains, comme ça ça fait un but partout.
Les biens des marocains expulsés c'étaient leurs meubles, les logements en Algérie à cette époque étant des biens vacants laissés par les Français et dont personne ne payait le loyer. Même les voitures étaient un bien rare à l'époque, réservées aux fonctionnaires. Pas de magasins non plus car les marocains étaient des gens de condition modeste venus du temps de la colonisation pour travailler dans l'agriculture. Ceci dit, bien sûr je ne cautionne pas le traitement indigne infligé à ces pauvres gens le jour de l'Aïd.
a écrit le 24/10/2017 à 22:00 :
Au lieu de s'en prendre à l'Algerie qui subi de plein fouet depuis des années une immigration sauvage et devenue complètement incontrôlable, il faudrait peut-être commencer à demander des comptes aux dirigeants africains qui poussent à cette situation et qu'on oubli toujours dans cette histoire, n'est-ce pas Amnesie international et autre ONG complice de trafic humain?
Pourquoi s'offusque-t-on du rapatriement de clandestins qui désertent en masse leurs pays qui ne sont pourtant pas en guerre? On cherche ici clairement à déstabiliser l'Algerie par cette immigration complètement incontrôlable. L'Algerie est dans son droit le plus total de reconduire des sans papiers illégaux hors de ses frontière et si vous n'êtes pas content, aller demander des comptes aux pouvoir africain qui ne se fait jamais accabler
Réponse de le 25/10/2017 à 8:47 :
Le pouvoir africain ? A preuve du contraire, l'Algérie est un pays d'Afrique. De deux, il n'existe pas de pouvoir africain dans un continent qui compte une cinquantaine de pays indépendants. Le pouvoir africain ne veut rien dire.
Enfin, on ne devrait pas non plus s'offusquer du rapatriement en masse de clandestins algériens actuellement en France qui désertent leur pays. La France est dans son bon droit d'appliquer strictement les reconduites à la frontières des sans papiers illégaux issus d'Algérie. S'il ne sont pas contents, ils peuvent demander des comptes au pouvoir algérien....le copier-coller marche très bien.
a écrit le 24/10/2017 à 20:51 :
Ce sont des immigrants illégaux et sans papier en situation irrégulière. Comme dans tous pays, ils sont expulsés. Quand à cette pseudo organisation que j'appelle Amnésie Internationale, on ne l'entend pas beaucoup lorsque les israéliens bombardent Gaza au phosphore ou exproprient et expulsent les palestiniens de leurs terre et de leur maison qu'ils détruisent à coup de pelleteuses mécaniques. On ne les a pas entendu pour l'Irak, la Libye ou l'Afghanistan. Alors qu'elle nous foute la paix et profite du fric qu'on lui a versé pour cracher son venin comme de coutume!
a écrit le 24/10/2017 à 19:52 :
Au point où nous en sommes en France, je trouve bizarre que les associations ne demandent pas les accueillir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :