Donald Trump Président : florilège de réactions africaines

 |   |  1377  mots
(Crédits : Reuters)
L'Afrique s'est réveillée avec la nouvelle que le 45ème locataire de la Maison Blanche pour les 4 ans à venir sera Donald Trump. A cet "événement" que l'Afrique a observé dans l'indifférence, plusieurs chefs d'Etat et intellectuels africains ont réagi souvent sans commentaire politique et parfois avec des analyses de première main. Tour d'horizon des réactions africaines à l 'arrivée de Donald Trump à la rue 1600, Pennsylvania Avenue à Washington.

Geda, un singe d'un parc chinois l'avait prédit. L'institut de sondage de l'USC Dornsife College of Letters associé au Los Angeles Times est le seul qui a ramé à contre-courants des diktats des dons divinatoires des sondeurs. Les seuls à frissonner devant l'annonce des résultats de l'élection au Bureau ovale, ce sont les grands médias occidentaux qui avaient pris fait et cause pour l'ancienne Secrétaire d'Etat. Donald Trump a battu Hillary Clinton en déjouant tous les pronostics.

Lire aussi : Présidentielle américaine : l'Afrique doit-elle craindre une victoire de Trump ?

 A l'heure où la nuit enveloppait cette « déception » de voir le candidat républicain entrer à la Maison Blanche, les premières lueurs de l'aube réveillaient les Africains. Un contraste qui illustre peut-être bien  le désintérêt des Africains de cette élection, loin de l'Obamamania qui s'était emparée du continent en 2008. Les médias africains ont parlé peu ou pas de la course à la Maison Blanche. L'Amérique rend bien au continent son manque d'intérêt pour l'élection la plus importante du pays. Et pour cause, l'Afrique a été carrément absente de la campagne et des programmes des deux candidats.

Réactions sans commentaires politiques pour les chefs d'Etat africains

Mais, avec l'annonce de l'élection de Donald Trump comme le 45e président des Etats-Unis, plusieurs personnalités africaines ont réagi sur Twitter ou de façon officielle. Des messages de félicitations sans véritables commentaires politiques ou des annonces de perspectives pour l'Afrique. C'est le président burundais, Pierre Nkurunziza qui a donné le ton des réactions des chefs d'Etat. « M. Donald Trump, au nom du peuple burundais, nous vous félicitons chaleureusement. Votre victoire est celle de tous les Américains », a écrit le président du Burundi sur son compte Twitter dès l'annonce des résultats.

Plus lapidaire mais dans le même ordre, le président ghanéen, John Dramani Mahama, en course face à son rival Nana Akufo-Addo, pour la présidentielle de décembre au Ghana, a félicité le nouveau président américain sans s'épancher sur une quelconque symbolique de la marée Trump. « Félicitations au président élu Donald J. Trump », le président du Ghana a fait court sur Twitter.

Le président rwandais Paul Kagamé n'a pas également fait dans la dentelle. Il a exprimé sa disposition à continuer la collaboration avec les Etats-Unis pour continuer d'entretenir les relations américano-rwandaises. "Félicitations à Donald Trump pour une victoire bien méritée. Prêt à continuer de bonnes relations avec les États-Unis et la nouvelle administration", écrit Paul Kagame sur la plateforme de 14 caractères.

Le président du Togo, Faure Gnassingbé a lui choisi la voie officielle pour réagir. Dans un message au président nouvellement élu des Etats-Unis, le ton est assez cordial et l'heure est à la félicitation. "J'exprime mes sincères félicitations pour votre élection comme prochain président des Etats-Unis", a réagi le président du Togo

Sans doute plus expansif, le président égyptien, le général Abdel Fattah al-Sissi s'est lui fendu d'un communiqué pour prêcher un renforcement des relations américano-égyptiennes. Le Caire prie pour que « la présidence de Donald Trump [apporte] un nouveau souffle aux relations égypto-américains » avec « plus de coopération et de coordination pour le bénéfice des peuples égyptien et américain, ainsi que le renforcement de la paix, de la stabilité et du développement au Moyen-Orient ».

Dans un message adressé à Donald Trump et repris par l'agence officielle, le roi Mohamed VI du Maroc a adressé "ses chaleureuses félicitations et ses meilleurs vœux de succès dans ses nouvelles hautes fonctions pour mener le peuple américain ami vers davantage de progrès et de prospérité". Le roi du Maroc a également exprimé "sa forte détermination à œuvrer de concert avec M. Trump pour l'exploitation efficiente et la mise en œuvre optimale du partenariat stratégique entre le Royaume du Maroc et les Etats-Unis d'Amérique, la consolidation du dialogue, de la coordination"

Éloignant toute inflexion dans sa façon de coopérer avec les Etats, le président ougandais, Yoweri Kaguta Museveni a exprimé sa disposition à travailler avec le nouveau président élu des Etats-Unis. « Je félicite Donald Trump pour son élection en tant que président des Etats-Unis. J'ai hâte de travailler avec lui comme je l'ai fait avec ses prédécesseurs. », a tweeté le président ougandais.

Un peu plus tardivement, c'est le lendemain de l'élection que le président gabonais Ali Bongo Ondimba a choisi pour adresser ses félicitations au nouveau président de la première puissance mondiale. Pour rattraper ce lèse-puissance, ABO a tweeté en français et en anglais pour saluer cette élection "du 45è président des Etats-Unis, un pays ami du Gabon"

 Sans doute pour couper court aux rumeurs qui en faisaient le seul président africain à ne pas avoir félicité le milliardaire américain pour son élection à la Maison Blanche, le président camerounais a publié, avec un jour de retard, une lettre officielle de félicitations. "Il m'est agréable de vous adresser mes vives et chaleureuses félicitations, suite à votre élection à la présidence des Etats-Unis d'Amérique", écrit Paul Biya, le 09 novembre, soit le lendemain de la victoire de Donald Trump sur Hillary Clinton. "J'y joins mes vœux de plein succès dans l'exercice de votre mandat présidentiel", précise le président camerounais avant d'assurer de sa disponibilité à raffermir les relations américano-camerounaises.

C'est aussi avec 24 heures de retard que le président sénégalais a adressé ses félicitations à Donald Trump. "Je félicite Donald Trump président élu des États Unis. Le Sénégal entend poursuivre ses relations privilégiées avec les USA" , a tweeté Macky Sall sur son compte personnel.

Trump ou l'avenir du monde dans les 10 prochaines années

Si d'autres chefs d'Etat africains ne se sont pas passionnés pour l'installation de Donald Trump sur le fauteuil du Bureau ovale au point de tweeter, des intellectuels africains se sont livrés à des analyses à chaud. C'est le cas de Brahim Fassi Fihri, président de l'Institut Amadeus, un think-tank marocain.

« Tout comme le Brexit, cette élection démontre clairement la faillite de l'"establishment", des sondages et des médias dans les sociétés occidentales. Il serait illusoire de réduire la victoire de Trump à la victoire du populisme. Il s'agit implacablement d'une volonté d'alternance exprimée avec force et d'un rejet du status quo », écrit Brahim Fassi Fihri.

Lire aussi : USA / Afrique : désintérêt réciproque

Il va même plus loin : « La transition qui débute aujourd'hui et qui ira jusqu'à l'investiture de Trump fin janvier, ainsi que les ses 100 premiers jours à la tête de la première puissance mondiale, donneront le ton de ce que sera le monde durant, au moins, pour les 10 prochaines années. », prédit-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :