Mauritanie  : le FMI prévoit une croissance de 4,2% en 2017

 |   |  386  mots
(Crédits : © Yuri Gripas / Reuters)
Selon le Fonds monétaire international (FMI), la Mauritanie fera une croissance réelle de son PIB de 4,2% en 2017. Ces derniers mois, le pays n'a cessé de se battre pour améliorer son climat des affaires, parvenant à attirer quelques investisseurs.

C'est une nouvelle qui peut attirer les investisseurs désireux de poser leur valise à Nouakchott. D'après les prévisions du Fonds monétaire international (FMI), la Mauritanie connaîtra une croissance réelle de son Produit intérieur brut (PIB) de 4,2% en 2017. Le pays doit cette prévision favorable aux mesures diverses prises par les autorités de Nouakchott afin d'améliorer le climat des affaire et pour la diversification économique. Afin de contrer la déchéance de l'économie du pays, le gouvernement avait initié sa stratégie de croissance accélérée et de prospérité partagée (SCAPP) qu'elle a dédié à soutenir une croissance économique inclusive du pays sur la période 2016 - 2030.

Il y a deux ans, en 2015, selon les statistiques de la Banque africaine de développement (BAD), le taux de croissance économique réelle du PIB de la Mauritanie avait perdu beaucoup de points, dégringolant de 6,6% en 2014 à 3,1%. Selon l'institution financière multilatérale, ce ralentissement était essentiellement dû à la baisse des prix du fer, conséquence de la chute mondiale des cours. Une situation qui risque de perdurer, même si les prix sont légèrement repartis à la hausse.

Danger, malgré tout

Malgré cette prévision optimiste pour la Mauritanie, le pays ne peut pas encore se laisser aller. L'économie du pays affiche encore des aspects négatifs dont sa faible capacité de résilience. Selon le FMI, Nouakchott reste très exposée aux chocs exogènes et donc à la conjoncture internationale, surtout en ce qui concerne la baisse des cours des matières premières. L'institution de Brettons Woods a aussi pointé du doigt la dette publique de la Mauritanie qui représente de 80 à 85% du PIB. Cet endettement insoutenable réduit dangereusement les marges de manœuvre du gouvernement.

Afin de tenter de surmonter le problème, et pour une meilleure prise en charge de l'économie du pays, le gouvernement mauritanien a formulé la demande au FMI d'établir un nouveau programme consensuel qui permettra de ''coordonner de manière efficace et efficiente toutes les politiques économiques et financières du pays''.

En attendant, la diversification doit continuer et les productions aussi, afin de renforcer l'économie, de réduire le taux d'inflation et d'augmenter la résilience du pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :