Togo : Internet rétabli après plusieurs jours de coupure

 |   |  747  mots
(Crédits : DR.)
Depuis ce dimanche 10 septembre 2017 en fin de soirée, les Togolais peuvent se connecter de nouveau. Ils renouent avec Internet alors que celui-ci avait été coupé le 5 septembre dernier par les autorités du pays dans un contexte marqué par des manifestations dans les rues togolaises.

Les Togolais sont de nouveau connectés et sont de nouveau actifs sur les réseaux sociaux. « Je l'ai constaté après 20 heures. Le retour de l'internet fera du bien. Il était temps, je crois. Pendant ces quelques jours, on a eu l'impression que le pays était mort. Les informations ne circulaient pas. Pour moi qui avais perdu l'habitude des radios et télévisions, c'était difficile », affirme Ignace Kuegan, un gérant de cybercafé à Lomé. Selon lui, ce retour apparaît un peu comme une résurrection du Togo sur la toile. L'Internet avait peu à peu été coupé par le gouvernement, depuis la nuit du 5 au 6 septembre 2017 avant d'être rétabli ce 10 septembre 2017 en fin de soirée. La connexion Internet était subitement redevenue un luxe, encore disponible mais de manière fortement perturbée autour de grands hôtels comme le Radisson Blu et dans certaines banques.

De leur côté, pour pouvoir passer les informations au niveau international, certains acteurs comme les journalistes, ont dû traverser la frontière pour profiter de la connexion au Ghana voisin. Phénomène qui a été rapidement maitrisé par les contrôles renforcés des forces de défenses du pays. Après ce rétablissement, beaucoup de Togolais ont poussé un ouf de soulagement. Mais les dégâts causés par cette coupure ont laissé un goût amer, tant l'internet est devenu un outil de travail incontournable.

La société civile pourrait  intenter une procédure judiciaire

Les conséquences de la coupure de l'internet sur le plan financier pour la population togolaise sont encore en cours d'évaluation. « Elles seront immenses », assure Jule Baféna, secrétaire général du mouvement politique Nouvelle Vision à Lomé. « J'avoue que j'y pense toujours sans comprendre. Était-ce pour que les images des manifs des 6 et 7 ne soient pas diffusées ? Et bien c'est raté... J'étais hors du pays à ces dates pour raison de funérailles mais depuis l'étranger j'ai vu des images impressionnantes. Alors pourquoi ont-ils coupé Internet ? À la limite ça a juste réussi à exposer négativement notre pays aux yeux du monde. La censure de l'internet est un uppercut à l'économie togolaise », poursuit-il. Sentiment partagé par la plupart des Togolais ce lundi matin.

A cheval sur les droits des consommateurs, la ligue togolaise des consommateurs (LTC) se prépare déjà à intenter un procès contre les autorités. « Nous avons été interpellé par plusieurs consommateurs à ce sujet. Le bureau a adressé une lettre à l'ART&P (Autorité de réglementation des secteurs des postes et des télécommunications, ndlr) et sous forme de plainte. Actuellement, en collaboration avec nos avocats, nous préparons une fiche de plainte que tout le monde passera au siège pour remplir afin de permettre à notre ligue de déposer une plainte pour dommages et intérêts au tribunal au plus tard le ce mercredi », a déclaré Emmanuel Sogadzi, président de la LTC avant de préciser que la plainte sera déposée au nom de tous les consommateurs des services internet de Moov, Togocel et Togo télécom, les principaux fournisseurs au Togo.

Coupure justifiée, selon le porte-parole du gouvernement

Peu importe les accusations, les autorités togolaises sont sûres d'avoir fait le bon choix. Sur une chaîne de radio locale, Gilbert Bawara, ministre de la fonction publique, porte-parole du gouvernement a justifié la coupure arguant qu'elle permet d'éviter « les images qui circulent sur les réseaux sociaux ». « Et je ne crois pas que vous et moi ayons envie de voir ça », a-t-il ajouté. L'ancien fonctionnaire des Nations Unies a évoqué des raisons de sécurité nationale tout en niant l'implication du gouvernement. « L'Etat n'a pas un contrôle ou ingérence opérationnelle dans la gestion des opérateurs de télécoms », a déclaré Gibert Bawara avant de préciser que « les pays comme la France, la Russie et partout à travers le monde sont amenés pour des raisons de sécurité nationale de mettre en place un système de contrôle des communications ».

Alors que le gouvernement n'a jusque-là pas encore fait de déclaration officielle, cette sortie médiatique de son porte-parole n'a fait que renforcer le sentiment d'indignation des usagers de l'Internet au Togo qui n'ont pas manqué de le signifier sur les réseaux sociaux qu'ils viennent de retrouver après plusieurs jours de coupure.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :