Togo : Black Lion veut accompagner la stratégie économique du gouvernement

 |   |  379  mots
(Crédits : DR)
Le fonds d'investissement londonien Black Lion compte investir dans les divers secteurs de développement économique du Togo. D'après son patron, le Bénino-Togolais, Randy Koussou Alam-Sogan, le fonds envisage d'accompagner la stratégie économique du gouvernement togolais à travers ses investissements.

Black Lion lorgne sur le Togo. Le fonds d'investissement dont le siège est à Londres, voudrait mettre à la disposition du gouvernement togolais son expertise et ses moyens financiers pour appuyer la stratégie économique définie par l'Etat. Plusieurs domaines d'investissement intéressent le fonds londonien. Des infrastructures à l'agriculture en passant par le développement urbain, les énergies renouvelables, les télécommunications, les mines ou encore le tourisme.

« Ma priorité est d'identifier les projets et de les développer en phase avec la stratégie économique du gouvernement. Particulièrement toute initiative susceptible d'avoir un impact social fort et de contribuer à la création d'emplois », s'est ainsi exprimé Randy Koussou Alam-Sogan, le patron de Black Lion. Selon l'homme d'affaire bénino-togolais, sa structure enverra très prochainement une équipe d'experts dans la capitale togolaise, Lomé, pour réaliser une étude de marché afin de sélectionner des opérations pour de futurs investissements.

Le groupe Black Lion est très présent sur le continent africain avec des investissements dans plusieurs secteurs dont les infrastructures et les énergies renouvelables. En 2016, la société a déclaré disposer de gros moyens pour investir. On parle de 3 milliards de dollars alors que le fonds attendait 8 milliards supplémentaires des investisseurs.

Attractivité accrue pour le Togo?

L'intérêt de Black Lion pour le Togo quoique beaucoup l'attribue aux origines de son patron, signifie aux yeux de certains analystes une augmentation de l'attractivité du Togo. « Pas seulement à cause de l'intérêt de Black Lion, mais aussi vu ce qui se passe depuis quelques temps déjà, il clair que le Togo devient de plus en plus attractif pour les investisseurs. Non pas que les choses vont mieux au pays, mais surtout que le gouvernement a mis sur pied une diplomatie et une communication internationale efficaces en ce sens. Imaginez-vous que dans ce petit pays, on a une quinzaine de banques et un nombre inquantifiable d'établissements de microfinance. Et d'autres s'annoncent encore. C'est que dans un certain sens, les affaires marchent au Togo », confie Sylvain-Epiphane Vidzraku, un journaliste et analyste politique togolais. Selon lui, le temps où le pays n'intéressait que très peu investisseur en raison de la longue crise socio-politique qu'il a connu est déjà loin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :