Sénégal : une plainte contre Aliko Dangote défraye la chronique

 |   |  502  mots
(Crédits : Reuters)
L'homme le plus riche d'Afrique, Aliko Dangote est accusé au Sénégal « d'escroquerie, faux et usage de faux et association de malfaiteurs » par la famille de feu Kader Mbacké, un homme d'affaires sénégalais qui aurait été un actionnaire associé au businessman nigérian. L'information a été révélée par le quotidien sénégalais « Libération » dans sa parution de ce mardi 7 novembre 2017. Le média précise que l'affaire sera jugée par un tribunal de Dakar.

L'accusation contre l'homme le plus riche d'Afrique est lourde. Une affaire impliquant le nigérian, Aliko Dangote, CEO de Dangote Industries Limited et président du conseil d'administration de Dangote Cement Sénégal, sera jugée ce jeudi 9 novembre devant les tribunaux sénégalais suite à une plainte porté à son encontre pour « escroquerie, faux et usage de faux et association de malfaiteurs ».

Selon le quotidien sénégalais Libération qui a rapporté l'information, cette plainte aurait été déposée par les héritiers de feu Kader Mbacké, un homme d'affaire sénégalais décédé le 10 septembre 2010. La source précise que la plainte a été déposée par la mère du défunt, Daba Diop, ses deux épouses, Khady Mané et Fatou Bintou Bah, et son fils, Serigne Cheikh Mbacké, qui estimeraient aussi que plusieurs autres personnes sont impliquées dans cette affaire. La famille indexe donc, Aliko Dangote, Patron de Dangote Industries Limited et président du Conseil d'administration de Dangote Cement Sénégal, Roger Gold Smith, ancien administrateur et son remplaçant, Lucas Erik Haelterman, ainsi que l'entreprise elle-même comme personne morale.

Les faits imputés à Aliko Dangote remonteraient à 2007. D'après la plainte dont disposerait le média sénégalais, la famille Mbacké déclare que le feu Kader Mbacké et le magnat nigérian avaient convenus de la création d'une filiale de la société Dangote Industries Limited au Sénégal. Un accord qui aurait été conclut en présence d'un notaire en 2007 portant sur la société dénommée Dangote Industries Sénégal.

La société créée sous forme de société anonyme, avec administrateur général dont l'actionnariat aurait été réparti entre Dangote Industries Limited (90%) et feu Kader Mbacké (10%). Seulement, soutiennent les plaignants, après la mort de Kader Mbacké, Dangote Industries Sénégal n'aurait initié aucune démarche pour impliquer les héritiers dans la société afin qu'ils puissent jouir de leurs 10% de parts sociales. Malgré un jugement d'hérédité rendu le 25 août 2011 au tribunal départemental de Dakar, ils n'auraient jamais pu exercer leurs droits. Pire, la plainte indiquerait que les 10% en question auraient disparu de tous les documents sociaux de Dangote Industries Sénégal devenu Dangote Industries Cement.

20 milliards de francs CFA réclamés

L'affaire risque de faire couler beaucoup d'encre. Non seulement homme le plus fortuné d'Afrique, Aliko Dangote est une personnalité très médiatisée. 20 milliards de francs CFA, c'est ce que les héritiers réclament au richissime homme d'affaire nigérian. Jusqu'à présent, Dangote n'a pas encore donné sa version des faits en dehors d'une lettre de l'un de ses anciens directeurs généraux, Roger Gold Smith qui aurait complètement nié l'existence des fameux 10%. La plainte a été déposée par la famille Mbacké devant le doyen des juges du Sénégal qui décidera de la suite ce jeudi 9 novembre 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :