Nigéria : Dangote assure qu’il ne briguera pas la présidence en 2019 contre Buhari

 |   |  592  mots
(Crédits : Reuters)
Le milliardaire nigérian Aliko Dangote a mis fin aux rumeurs le donnant candidat aux futures élections présidentielles de 2019 sous l'étiquette du PDP, le principal parti d’opposition. L’homme le plus riche d’Afrique a exclut toute ambition politique assurant qu’il est, et qu’il restera entrepreneur contrairement aux rumeurs distillées par le clan de l’ancien président Goodluck Jonathan.

C'est Aliko Dangote qui le dit : « je ne suis pas le candidat du PDP. Je ne suis pas politicien mais homme d'affaires et je ne vais pas me présenter contre Buhari ». C'est par ces déclarations que le milliardaire nigérian a tenu à mettre fin aux rumeurs qui le donnait comme probable candidat du People's democratic party (PDP), le principal parti de l'opposition.

L'homme le plus riche d'Afrique s'exprimait dans les colonnes du journal nigérian Daily Times et réagissait aux informations qui se sont amplifiées ces derniers jours au Nigeria sur sa candidature contre le président Buhari au titre du PDP. Selon ces rumeurs, c'est le comité de réflexion du parti mis en place par l'ancien chef de l'Etat Goodluck Jonathan qui aurait eu des contacts avec le milliardaire nigérian afin de lui faire cette offre à laquelle il aurait succombé.

« Je ne suis pas intéressé par la politique. Je suis entrepreneur et homme d'affaires et ma passion est de développer mes affaires, de créer de la richesse et des emplois pour les nigérians et pas autres choses ». Aliko Dangote

L'homme d'affaire nigérian a ainsi tenu à lever toute équivoque et en plus d'exclure toute ambition politique, il a affirmé qu'aucun membre d'un quelconque comité de réflexion ne l'a contacté comme annoncé par certains médias locaux citant diverses sources au sein du PDP. « Tout cela n'est qu'une vaine tentative de gens mal intentionnés qui veulent me mettre en collision avec le président Muhammadu Buhari et le parti au pouvoir. Ce sont des gens qui sont jaloux des succès que j'ai jusqu'ici enregistrés dans les affaires », a assuré Dangote qui a profité de l'occasion pour témoigner sa fidélité au président nigérian à qui il souligne avoir beaucoup de respects.

L'ancien président Goodluck Jonathan à la manœuvre

A moins de deux ans de la prochaine présidentielle prévue pour février 2019 et au moment où la santé du président Buhari soulève des inquiétudes sur sa capacité à assumer un second mandat à la tête du pays, la manœuvre est loin d'être anodine. Le PDP a en effet tout intérêt à saboter une autre candidature de Buhari ou d'un quelconque militant de sa formation politique, le All people's party (APC). En présentant un autre candidat populaire et issu du nord du pays comme l'actuel chef de l'Etat, le PDP accroît ainsi sa chance de retrouver le pouvoir qu'il a perdu en 2015 sans pour autant remettre en cause le principe tacite de répartition et de rotation du pouvoir entre le nord et le sud du pays.

La manœuvre vient donc d'échouer à en croire la mise au point de Dangote qui n'entend point céder aux sirènes qui chantent par exemple aux oreilles du milliardaire américain Marck Zuckerberg, le patron de Facebook, à qui on donne les mêmes prétentions dans son pays.

A l'heure où les hommes d'affaires s'incrustent de plus en plus dans la sphère politique avec beaucoup de succès en Afrique et ailleurs dans le monde, Aliko Dangote a d'autres préoccupations relatives aux projets qu'il a lancés au Nigéria et dans plusieurs autres pays africains où il opère. «  L'entrée en service de la raffinerie de Lagos et de plusieurs projets d'usines sucrières vont créer des milliers d'emplis et surtout changeront la donne économique dans le pays d'ici quelques temps », promet le milliardaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :