Le Bénin lance un appel public à l'épargne pour boucler son budget d'investissement

 |   |  589  mots
(Crédits : Reuters)
D'après un communiqué officiel du gouvernement, les autorités béninoises comptent sur l'épargne publique pour mobiliser 150 milliards de francs CFA entre le 28 février et le 31 mars 2017. Pour y arriver l'Etat émettra des obligations de 10.000 Fcfa l'unité à un taux d'intérêt de 6,5% et d'une maturité de 10 ans.

Le Bénin poursuit ses efforts pour boucler son budget 2017 et pour booster son économie. Afin de financer une partie des investissements prévus au programme national d'investissement de l'année 2017 dans le cadre du budget annuel, le gouvernement béninois vient d'annoncer une opération d'émission des obligations sur le marché de l'épargne publique dont le prix unitaire sera de 10.000 francs CFA, pour mobiliser 150 milliards de francs CFA.

D'après la déclaration officielle rendue publique par les autorités, les obligations auront un taux d'intérêt conventionnel de 6,5% pour une maturité de 10 ans, tandis que l'opération durera du 28 février au 31 mars 2017. En l'espace d'un mois donc, le gouvernement de Patrice Talon devra convaincre les soumissionnaires à souscrire aux achats des obligations.

A en croire le communiqué, ceux-ci pourront souscrire à l'emprunt obligataire auprès des Sociétés de gestion et d'intermédiation (SGI), du marché financier régional de l'Uemoa. Selon le ministère de l'économie, les fonds mobilisés à la suite de cette opération serviront à soutenir en grande partie, des investissements annoncés pour plusieurs secteurs tels que l'agriculture, le tourisme, les transports et les travaux publics.

Il s'agit de la deuxième opération prévue par le gouvernement béninois en l'espace de deux semaines. Mis février déjà, les autorités du Bénin avaient annoncé la prochaine opération de mobilisation sur le marché des capitaux d'une enveloppe de 1.002 milliards de Francs CFA pour soutenir le budget 2017 de l'Etat.

Le Bénin peine à boucler son budget

L'ambitieux budget du nouveau gouvernement béninois conduit par le Président Talon, élevé à 2010 milliards de Francs CFA quoique paraissant trop peu, est un poids pour le pays. Les autorités éprouvent d'énormes difficultés à le soutenir. A ce rythme, le pays risque une explosion de la dette et un déficit budgétaire. Afin d'éviter d'y arriver, le pays avait déjà tenté une première fois en début février, de mobiliser quelques 35 milliards de francs CFA émis sur ses bons du Trésor, sans succès.

Une deuxième fois encore, mis février, de commun accord avec l'agence Uemoa-Titres et les experts en valeurs du trésor agréés par les autorités, le Bénin avait tenté de rassembler sur le marché des capitaux sous-régional l'équivalent d'une enveloppe de 1.002 milliards de francs CFA. Au ministre du budget on est convaincu que cette opération si elle réussit devrait permettre au Bénin de financer une partie de son budget 2017.

Ce dernier étant en nette augmentation par rapport à celui de 2016 fait partie intégrante du programme d'action gouvernementale (PAG) dénommé Le Bénin Révélé. Evalué à 9.039 milliards de francs CFA et établi sur la période de 2016 à 2021, Le Bénin Révélé est constitué de 45 projets majeurs portant sur les secteurs vitaux, dont l'agriculture, le tourisme, la pêche, l'assainissement du cadre de vie.

L'objectif pour Romuald Wadagni, le ministre des finances du Bénin, est d'insuffler « une dynamique permettant de venir à bout des difficultés socio-économiques actuelles et de tracer le cadre pour un développement durable ». Selon lui, le PAG prévoit créer 500.000 emplois d'ici 2021, construire 20.000 logements économiques et sociaux, donner une couverture d'assurance maladie universelle à 4 millions de Béninois, construire la Cité internationale de l'innovation et du savoir (CIIS), destinée à faire émerger des centres d'enseignement et de formation. L'enjeu est maintenant de mobiliser les fonds suffisants en temps de crise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :