Maroc : la Banque mondiale débloque 150 millions de dollars pour les startups

 |   |  452  mots
(Crédits : Flickr)
Dans l'objectif de soutenir les Start up marocaines dans leurs lancements, la Banque Mondiale a approuvé le déblocage d’une enveloppe de 150 millions de dollars. Ce fonds qui vise à relever le challenge de l’employabilité au Maroc devra également faire face à d’autres défis.

Il manque aux petites et moyennes entreprises marocaines un accompagnement juridique structurel et surtout financier. Peu soutenues, les startups du royaume ont encore du mal à se lancer. Pour tenter de les appuyer dans ce sens, la Banque mondiale a approuvé vendredi des financements d'un montant total de 150 millions de dollars destinés à appuyer la modernisation du système d'identification nationale et en matière d'aide aux startups innovantes et de promotion de la création d'emplois. Ce financement qui consiste à faire émerger des «success stories» marocaines vise aussi à renforcer l'inclusion sociale et économique devant permettre, d'une part, d'améliorer le ciblage des programmes sociaux grâce à un meilleur système d'identification personnelle et, d'autre part, de lever les barrières qui empêchent les startups et les petites entreprises d'accéder à des financements.

Lutter contre la pauvreté des jeunes

Ce Projet de développement des systèmes d'identification et de ciblage pour la protection sociale des jeunes au Maroc a aussi pour objectif de venir en aide aux plus vulnérables afin de repérer ceux qui sont les plus défavorisés et qui remplissent les conditions pour recevoir des prestations sociales. Selon un communiqué de la banque mondiale, « près de 5,3 millions de Marocains, dont deux tiers de ruraux, risquent de replonger dans la pauvreté du fait de la précarité de leur situation économique et sociale ».

Plus de 250 start up au Maroc

Pour libérer le plein potentiel de la startup et relever le challenge de l'employabilité, le Maroc doit encore innover. Ce ne sont pas les idées qui manquent mais les jeunes ont du mal à les exploiter. Le royaume compte aujourd'hui plus de 250 startups et il est parmi les terreaux les plus fertiles pour les jeunes pousses en Afrique du nord. Conscientes de cet atout, de grandes entreprises publiques de la place, à l'image du Groupe OCP œuvrent pour la bonne cause des jeunes entrepreneurs marocains. Selon son propre rapport annuel de 2015, le groupe a aidé à la création de quelque 600 emplois, en soutenant 577 entreprises et en formant près de 9 660 entrepreneurs. Mais il faut encore plus de prise de risques surtout de la part du secteur privé, peu enclin à répondre favorablement à un besoin de financement de ce type d'entreprises considéré comme volatile et dont le retour sur investissement n'est jamais garanti.

Ce n'est pas une première

En attendant, le royaume compte sur ces fonds étrangers principalement de la Banque mondiale, qui ne sont pas à leur première opération, pour encourager et encadrer la créativité et l'entrepreneuriat. D'ailleurs l'année dernière, la Banque avait lancé un fonds d'investissement doté de 500 millions de dirhams appelé Innov Invest dédié uniquement aux jeunes pousses.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :