Algérie : Abdelaziz Bouteflika démissionne [Vidéo]

 |   |  291  mots
(Crédits : Reuters)
Abdelaziz Bouteflika a officiellement présenté au président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaiz, en présence du président du Conseil de la Nation, Abdelkader Bensaleh, sa lettre de démission. Il met ainsi fin, avant terme, à son quatrième mandat à la tête de l'Algérie, sous la pression des manifestations massives qu'a connu le pays et des sommations du chef d'Etat-major, le général Gaîd Salah. [Vidéo]

Quelques minutes après la publication du communiqué du ministère de la défense nationale (MDN) dans lequel le chef d'Etat-major, le général Gaîd Salah, a appelé à l'activation sans délai des articles 7, 8 et 102 de la constitution algérienne afin de mettre fin au mandat du Président Abdelaziz Bouteflika, la réponse d'El Mouradia ne s'est pas fait attendre.

En effet, selon l'agence de presse officielle algérienne (APS), reprenant une communication officielle de la Présidence, Abdelaziz Bouteflika a notifié officiellement au président du Conseil constitutionnel, sa décision de mettre fin à son mandat en qualité de président de la République. (Vidéo)

Et maintenant ?

Cette démission était attendue, puisque le communiqué de la Présidence publié hier lundi 1er avril l'avait annoncé à une date antérieure à la fin du quatrième mandat d'Abdelaziz Bouteflika à la tête du pays, le 28 avril prochain, et pas si surprenante par son timing au vu des derniers développements dans la scène politique algérienne. Le général Gaîd Salah avait, en effet, affirmé à la sortie de la réunion d'urgence de l'Etat-major tenue ce mardi 02 avril, que toute décision de la présidence était désormais "nulle et non avenue".

Les yeux sont maintenant tournés vers le conseil constitutionnel et surtout le Conseil de la Nation dont le Président, Abdelkader Bensalah, devrait être appelé à gérer la transition sauf nouveau rebondissement qui reste fort probable.

Il faudra aussi prêter une attention particulière à la rue algérienne dont les revendications n'ont cessé de prendre de l'ampleur au fil des 6 vendredi de manifestations massives qui ont marqué les principales villes d'Algérie depuis le 22 février dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :