Soudan : grande confusion après l'arrestation du Premier ministre et des membres du gouvernement

Des manifestants ont investi ce lundi les rues de la capitale Khartoum, après l'arrestation par des soldats du Premier ministre Abdalla Hamdok, de plusieurs membres du gouvernements, ainsi que des dirigeants de partis pro-gouvernement. Le Conseil de transition dénonce un coup d'Etat mené par l'armée.

2 mn

(Crédits : DR.)

Des soldats ont arrêté ce lundi la plupart des membres du gouvernement soudanais et un grand nombre de dirigeants de partis pro-gouvernement lors d'un apparent coup d'Etat militaire, jetant le trouble sur une fragile transition vers la démocratie.

Le Premier ministre Abdalla Hamdok et son épouse ont été arrêtés et transférés dans un lieu inconnu après que le chef de l'Exécutif ait refusé de se prononcer en faveur du coup d'Etat, a indiqué le cabinet du Premier ministre et le ministère de l'Information rapporté par Reuters. Les militaires qui maintiennent Hamdok en résidence surveillée font pression sur lui pour qu'il fasse une déclaration de soutien, a-t-il ajouté.

A l'écriture des ses lignes, la chaîne qatarie Al-Jazeera Mubasher diffusait en boucle les images de manifestants qui ont notamment franchi des barricades et accédé dans la rue entourant le quartier général de l'armée dans la capitale Khartoum. Des forces militaires et paramilitaires limitent les déplacements des civils, tandis que des manifestants portent le drapeau national et brûlent des pneus dans différents quartiers de la ville. L'ordre des médecins du Soudan a pour sa part avancé à la chaîne qatarie que des manifestants auraient été blessés par les tirs de militaires dans l'entourage de l'Etat-major des forces armées soudanaises.

Pour rappel, le Soudan vit sous tension depuis qu'un coup d'Etat manqué le mois dernier a déclenché de vives récriminations entre les groupes militaires et civils censés se partager le pouvoir après l'éviction de l'ancien président Omar el-Béchir en 2019.

Omar el-Béchir a été renversé et emprisonné après des mois de manifestations de rue. Une transition politique convenue après son éviction a permis au Soudan de sortir de l'isolement après trois décennies de règne d'el-Béchir et devait conduire à des élections d'ici 2023.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.