Guinée-Bissau : Umaro Sissoco Embalo confirmé comme président

 |   |  436  mots
(Crédits : Reuters)
Après sa plénière de présentation des procès-verbaux de compilation, la Commission nationale des Elections (CNE) a publié ce vendredi 17 janvier, les résultats définitifs de la présidentielle du 29 décembre 2019. Cette publication confirme la victoire d'Umaro Sissoco Embalo en tant que président de la Guinée-Bissau.

Pour la Commission nationale des élections (CNE), son arrêté daté de ce vendredi 17 janvier 2020 tient lieu de résultats définitifs. Ces derniers confirment la victoire d'Umaro Sissoco Embalo comme président élu de la Guinée-Bissau lors de la présidentielle du 29 décembre 2019. Avec les mêmes scores que ceux des résultats provisoires délivrés en guise de cadeau du Nouvel An.

Avec 53,55 % des suffrages, Umaro Sissoco Embalo est le "président élu", contre 46,45% pour Domingos Simoes Pereira. Mise au pied du mur par la Cour suprême de Paulo Sanhà qui lui réclamait la publication des procès-verbaux de compilation des résultats provisoires, la CNE avait fini ce 13 janvier par tenir une séance plénière de présentation des PV. Elle y avait confirmer les chiffres qu'elle vient de publier ce vendredi 17 janvier. Pour autant, peut-on considérer qu'Umaro Sissoco Embalo est définitivement confirmé comme le président de la Guinée-Bissau?

Décision de la Cour suprême attendue au plus tard le 20 janvier

Dans une décision alambiquée, la Cour suprême avait fait savoir qu'elle ne disposait pas de tous les éléments pour se prononcer sur le premier recours déposé par Domingos Pereira; recours qui n'avait pas été déposé selon la procédure en vigueur. Même si elle avait exigé de la CNE qu'elle délivre le procès-verbaux de compilation, la Cour suprême ne s'est prononcée en faveur d'une annulation du scrutin. Une posture qui renvoie la patate chaude de la publication définitive des résultats de la présidentielle du 29 décembre. En publiant donc les résultats définitifs, la CNE montre qu'elle remplit la seule exigence de la Cour suprême pour valider les résultats provisoires et prend même de cours les acteurs politiques.

Pour l'heure, une autre question surgit derrière la confirmation d'Umaro Sissoco Embalo: que va devenir le second recours déposé par le PAIGC au lendemain de la plénière de la CNE? Au lendemain de la plénière, le PAIGC a saisi à nouveau la Cour suprême, lui demandant de se prononcer sur le fond. Le parti historique de l'indépendance estime que seule la Cour suprême peut se prononcer sur la validité des résultats d'un scrutin qu'il considère comme entaché d'irrégularités. La décision de la Cour suprême est attendue au plus tard ce lundi 20 janvier. Dans l'expectative, toute la question est de savoir si la juridiction constitutionnelle va remettre en cause le scrutin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :