Afrique du sud : investi président, Cyril Ramaphosa promet emplois et justice

 |   |  508  mots
(Crédits : DR)
Le nouveau président sud-africain a prêté serment ce samedi 25 mai à Pretoria. Dans son discours d’investiture, Cyril Ramaphosa a réitéré ses promesses de campagne en insistant notamment sur la lutte contre la corruption ainsi que la relance de l’économie pour plus d’emplois et une croissance inclusive.

Cyril Matamela Ramaphosa a été officiellement investi président de la république de la nation arc-en-ciel, ce samedi 25 mai à Pretoria. La cérémonie d'investiture s'est déroulée dans le stade national, devant plus de 32.000 personnes et en compagnie de plusieurs chefs d'Etats Africains mais aussi de différentes délégations des quatre coins du globe. A cette occasion, l'ancien syndicaliste devenu homme d'affaires, s'est engagé à créer des emplois et à lutter contre la corruption, les thèmes majeurs de sa campagne électorale.

« Notre pays entre aujourd'hui dans une nouvelle ère d'espoir et de renouveau. Faisons un pacte pour la croissance et les opportunités économiques, pour des terres productives et pour des opportunités plus larges... Un pacte pour un Etat efficace, capable et éthique ; un État exempt de corruption », a déclaré Cyril Ramaphosa, lors de son investiture.

L'investiture du nouveau président intervient à la suite de son élection par le Parlement, le mercredi 22 mai dernier. Son parti, le Congrès national africain (ANC), avait remporté 57% des voix lors des élections législatives du 8 mai dernier. A la tête du pays de Nelson Mandela depuis février 2018, le président Ramaphosa succède ainsi et officiellement à Jacob Zuma, qui a été poussé par la porte avant le terme de son second et dernier mandat, en raison des soupçons de corruption qui ont terni l'image du pays.

Restaurer l'espoir

A 66 ans, Cyril Ramaphosa entame un nouveau mandat de cinq ans dans un contexte marqué par une amplification des défis pour la première nation industrialisée du continent. Dans son discours d'investiture, le président sud-africain a promis de « restaurer l'espoir », réitérant ses promesses de campagne qui visent à lutter contre le chômage, les inégalités et les violences. « Les défis auxquels notre pays est confronté sont énormes et réels, mais ils ne sont pas insurmontables. Ils peuvent être résolus et je me tiens ici pour vous dire qu'ils vont être résolus », s'est engagé Cyril Ramaphosa dans son discours.

Lire aussi : Afrique du Sud : l'économie sort la tête de l'eau

Le président sud-africain a annoncé la poursuite des réformes économiques ainsi que des mesures sociales afin d'atténuer les inégalités et de relancer une économie en berne depuis des années. Bien qu'il soit déjà attendu sur la lutte contre la corruption, Cyril Ramaphosa a également annoncé qu'il veillera à renforcer l'état de droit dans le pays. Des promesses qui sont particulièrement écoutées par la population mais aussi par les marchés financiers qui s'inquiètent de la persistance du climat politique qui a jusque-là prévalu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :