Nucléaire iranien : l'UA fustige le retrait américain du Plan global d'action conjoint

La décision des Etats-Unis de se retirer du Plan global d'action conjoint a provoqué au sein de l'Union africaine, de vives inquiétudes. Dans un communiqué publié ce jeudi, le président de la commission de l'Union qui a rappelé son soutien au Plan, a condamné cette décision indiquant qu'elle était susceptible d'exacerber les tensions dans la région.
(Crédits : Reuters)

L'annonce des autorités américaines de se retirer de l'accord sur le nucléaire iranien à savoir le Plan global d'action conjoint (PGAC), et de réimposer des sanctions contre l'Iran n'est pas du goût de l'Union africaine (UA). Cette dernière considère que cette démarche de l'administration Trump pourrait fragiliser l'accord.

Dans un communiqué rendu public ce 10 mai, le président de la commission de l'UA, Moussa Faki Mahamat, a fustigé cet acte américain, exprimant sa profonde préoccupation et soulignant qu'il était « susceptible d'exacerber les tensions dans la région et de miner davantage la confiance dans la crédibilité des engagements internationaux ». Ce retrait « unilatéral » des Etats-Unis d'Amérique porte un sérieux coup au multilatéralisme et aux régimes internationaux de vérification nucléaire, a-t-il ajouté.

Toujours dans son intervention, le président de la commission de l'UA a réitéré le soutien de l'organisation continentale à l'accord.

« Profondément attachée au multilatéralisme et au respect du droit international, l'Union africaine, de concert avec d'autres membres de la communauté internationale, n'épargnera aucun effort pour soutenir le PGAC », a déclaré Moussa Faki Mahamat.

Le responsable africain, après avoir salué les différentes réactions des principales parties prenantes de l'accord suite à l'annonce des Etats-Unis, a également appelé les autres signataires à renouveler leurs engagements pour sauver cet accord «historique».

Le patron de la commission de l'UA n'a pas non plus oublié de rappeler dans son adresse que selon plusieurs rapports de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), l'Iran a pleinement respecté les termes de l'accord, qui a été approuvé à l'unanimité par le Conseil de sécurité des Nations Unies en juillet 2015.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.