Algérie / Iran : le phosphate, nouveau catalyseur affiché d'un « axe » Alger-Téhéran ?

 |   |  452  mots
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika reçu par le guide suprême, l'ayatollah Ali
Khamenei à Téhéran le 20 octobre 2003. Bouteflika était alors en visite de deux jours pour discuter de la promotion des liens entre les deux pays membre de l'OPEP.
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika reçu par le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei à Téhéran le 20 octobre 2003. Bouteflika était alors en visite de deux jours pour discuter de la promotion des liens entre les deux pays membre de l'OPEP. (Crédits : Reuters)
L'Iran vient de manifester ses intentions d'importer du phosphate algérien, selon un communiqué du ministère algérien de l'industrie et des mines. Lors d'un entretien cette fin de semaine à Alger avec les autorités algériennes, l'ambassadeur de l'Iran, Reda Amiri, a confié que son pays est intéressé par cette piste de coopération commerciale.

Le phosphate algérien intéresse l'Iran. C'est ce qu'a fait comprendre ce jeudi 4 janvier 2018 l'ambassadeur d'Iran à Alger, Reda Amiri. D'après un communiqué du ministère algérien de l'industrie et des mines, le diplomate qui s'est entretenu avec Youcef Yousfi, ministre algérien de l'industrie et des mines, a exprimé les souhaits de son pays d'acheter du phosphate algérien.

« M. Amiri a affiché le souhait de l'Iran, grand importateur de phosphate, d'acheter cette matière première directement à partir de l'Algérie », relate le communiqué. Cette proposition iranienne ne laisse pas indifférentes les autorités du pays nord-africain. Le communiqué officiel a indiqué ensuite que « M. Yousfi s'est dit favorable à cette proposition, invitant les entreprises dans les deux pays à engager des discussions afin d'arriver à des accords permettant l'exportation du phosphate algérien vers l'Iran ».

Ainsi on devrait s'attendre à des contacts pour la concrétisation de cette nouvelle opportunité commerciale entre les deux pays. Avec des objectifs ambitieux affichés en termes d'exploitation de phosphate, l'Algérie produit annuellement entre un million et un million et demi de tonnes de phosphate.

Cette production n'est pas suffisante pour les dirigeants algériens qui la trouvent modeste et ambitionnent de la décupler. Pour y arriver, Alger mise sur des investissements, notamment avec des partenaires saoudiens. Le pays dispose suffisamment de réserves pour ses ambitions. A en croire le ministre Youcef Yousfi qui évoquait la question en novembre dernier, dans le cadre d'une interview publiée par le magazine spécialisé Oil & Gas Business (OGB magazine), les réserves de phosphates de l'Algérie sont de l'ordre d'au moins deux milliards de tonnes.

Une coopération plus large entre Alger et Téhéran

Au-delà de leurs discussions portant sur le phosphate, les deux responsables ont évoqué les perspectives de coopération économique et industrielle et ont exprimé l'importance de renforcer et de développer beaucoup plus le partenariat économique entre l'Iran et l'Algérie, afin de « les hisser au niveau d'excellence des relations politiques, surtout que les domaines de coopération sont assez larges ».

D'après le communiqué, le chef de la représentation iranienne à Alger a rassuré le ministre de « la disponibilité de son pays, qui cumule une grande expérience dans le domaine industriel, à accompagner l'Algérie dans sa politique de diversification de son économie, à travers des partenariats dans les secteurs industriel et minier ». Une disponibilité que salue l'Algérie. Le ministre algérien de l'industrie et des mines a aussi confirmé que son pays compte coopérer avec l'Iran dans tous les domaines industriels « notamment les industries agroalimentaires et du textile qui sont des filières où les deux pays peuvent avoir un échange d'expertise ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2018 à 19:38 :
Vive la coopération Sud-Sud.
a écrit le 06/01/2018 à 15:45 :
A axe Rabat-Tel Aviv, axe Alger-Téhéran et demi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :