Maroc : Wafacash se lance dans le paiement mobile

 |   |  881  mots
Samira Khamlichi, PDG de Wafacash présentant l'offre de paiement mobile de la société de transfert d'argent, filiale du groupe Attijariwafa Bank, ce jeudi 5 juillet à Casablanca.
Samira Khamlichi, PDG de Wafacash présentant l'offre de paiement mobile de la société de transfert d'argent, filiale du groupe Attijariwafa Bank, ce jeudi 5 juillet à Casablanca. (Crédits : DR)
Wafacash se lance dans le paiement mobile avec le lancement du premier compte de mobile payment au Maroc. La filiale du groupe Attijariwafa Bank spécialisée dans le transfert d’argent entend ainsi renforcer l’inclusion financière à travers des solutions innovantes et simples en misant sur la dynamique numérique que connait le Royaume.

«JIBI» ou «poche» en dialecte local, c'est le nom du «premier compte de paiement mobile au Maroc» qui sera bientôt lancé par Wafacash, la filiale du groupe Attijariwafa Bank spécialisée dans les services financiers. Ainsi, Wafacash devient «le premier établissement de paiement au Maroc à commercialiser une telle offre, qui s'inscrit dans la stratégie de développement de la compagnie en faveur de l'innovation digitale et de la qualité de service» a annoncé la direction du groupe dans un communiqué publié à l'occasion de la cérémonie de présentation de l'application, jeudi 5 juillet à Casablanca.

Le nouveau produit qui entrera en service en septembre prochain propose une multitude de services pratiques qui «simplifient leur quotidien et accompagnent les individus dans la nouvelle ère digitale, le tout de manière fiable et 100% sécurisée» explique-t-on à Wafacash. La nouvelle offre s'adresse d'abord aux particuliers, qui pourront à travers l'application ouvrir un compte de paiement, de l'alimenter, de payer chez un commerçant, d'envoyer de l'argent vers un mobile ou une agence, de recevoir de l'argent, de payer en ligne, de consulter en temps réel l'historique de ses opérations ainsi que de géolocaliser toutes les agences offrant le service.

Dans la même lignée, Wafacash a également pensé aux commerçants en proposant «JIBI PRO», une version de compte qui leur est entièrement destinée. «Celle-ci offre la possibilité d'ouvrir un compte de paiement commerçant, d'accepter le paiement par un client, d'envoyer de l'argent vers un compte bancaire, de l'alimenter, de régler un autre commerçant, de recharger un mobile, de payer une facture ou encore de consulter l'historique de ses opérations et bien sûr de géolocaliser des agences», détaille le groupe. La version professionnelle de l'application existe également pour les agents détaillants, lesquels peuvent effectuer toutes les opérations offertes au commerçant et en plus leur offrir la possibilité d'ouvrir des comptes de paiement, d'accepter des dépôts sur des comptes de paiement et de permettre des retraits sur lesdits comptes de paiement.

 «Avec JIBI, Wafacash poursuit sa mission historique pour des services à haute valeur technologique qui améliorent la vie au quotidien des Marocains. JIBI, notre compte de paiement nous permet de maintenir notre rôle de "disrupteur" sur la place nationale et de faciliter l'accès aux services financiers de base à la plus large frange de la population. Tout cela en phase avec les objectifs nationaux pour la lutte contre l'informel, l'amélioration de l'inclusion financière et le développement économique et social de notre pays», a déclaré Samira Khamlichi, PDG de Wafacash.

Business modèle

Dans la foulée les banques qui se sont lancés dans le payement mobile après l'obtention de leur agrément auprès de la Banque centrale en lançant plusieurs offres, Wafacash arrive avec son produit sur le marché. La PDG du groupe n'a pas manqué d'ailleurs d'insister sur la particularité de l'offre de Wafacash, qui est le «premier compte de paiement au Maroc» et bien plus que «les solutions de paiement» qui ont été jusque-là mises sur le marché du mobile payement. «Notre objectif est de promouvoir l'inclusion financière et surtout de limiter la circulation du cash au Maroc en cette ère du développement du digitale», a souligné la présidente. Selon les chiffres officiels qu'elle a rappelé, près de 90% des transactions commerciales au Maroc se font en cash et chaque année c'est deux milliards de dirhams qui circulent en cash, ce qui coûte au pays 0,7% de son PIB. C'est le cas de le dire, il s'agit d'un vrai paradoxe avec l'expansion de l'internet dans le Royaume qui affiche un des taux de pénétration les plus importants du continent. Il est vrai que le Maroc a accusé un sérieux temps avant d'ouvrir le marché aux opérateurs, la banque centrale et le gouvernement avait décidé d'étoffer la réglementation avant d'accorder, il y a quelques mois, les premiers agréments.

Avec le lancement de plusieurs offres, la concurrence s'annonce donc rude et si pour les établissements bancaires, le lancement des offres de paiement mobile a été facile, pour les autres opérateurs qui se sont greffés au marché, c'est tout un autre défi. C'est le cas particulièrement pour les sociétés de transfert d'argent qui risquent de voir leur cœur de métier s'amenuiser. Ce qui n'inquiète pas outre mesure la PDG de Wafacash. «On va s'adapter à l'appétence du marché. Notre business model va certainement évoluer en fonction de l'évolution du marché», anticipe Khamlichi qui se prépare déjà avec son équipe à l'entrée en vigueur prochainement de l'interopérabilité des systèmes de paiement mobile.

Créée en 1991, Wafacash est le leader du marché marocain des transferts internationaux. Disposant d'un réseau de plus de 1 800 agences au Maroc et s'appuyant plus de 3 000 collaborateurs, la filiale d'Attijariwafa Bank, offre une vingtaine de produits et services dont le transfert international et notamment le transfert domestique, le change manuel ainsi que des services innovants, tels que la carte prépayée, le compte bancaire économique ou encore l'e-paiement en espèces, avec son service «Pay Cash».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :