Terminal à conteneurs de Doraleh : l'Etat djiboutien rassure les investisseurs

 |   |  562  mots
(Crédits : DR.)
Alors qu'il a créé la Société de gestion du terminal à conteneurs de Doraleh, Djibouti a réaffirmé ce vendredi 09 mars ses ambitions de faire de son secteur portuaire, un secteur porteur pour son économie. Dans un communiqué de la présidence djiboutienne transmis à la presse, l'Etat a tenté de rassurer ses partenaires quant à la gestion des intérêts divers.

Finie la crise au Terminal à conteneurs de Doraleh (DCT) à Djibouti. Le gouvernement djiboutien qui a résilié le contrat de gestion du DCT avec son ancien exploitant pour le confier à la Société de gestion du terminal à conteneurs de Doraleh (SGTD), nouvellement créée, a tenu à rassurer les investisseurs. « ... la République de Djibouti réaffirme sa volonté stratégique de préserver et de développer les activités du terminal à conteneurs, en respectant les conditions du droit et au mieux des intérêts de toutes les parties prenantes ... Son [SGTD, ndlr] objectif primordial consiste à défendre les intérêts souverains de la nation. SGTD sera également en charge de la promotion des activités du terminal avec une qualité de service aux meilleurs standards internationaux », peut-on lire dans un communiqué de la présidence djiboutienne transmis à la presse. Selon le document, l'Etat djiboutien tient à assurer à ses partenaires ''historiques, privés, publics, et les grandes nations amies'' qu'il reste très engagé pour défendre les intérêts de chacun ''dans le respect du droit et de l'équité''.

« L'objectif final reste de s'investir pleinement, fortement, dans l'attractivité de DCT ainsi que des autres installations portuaires du pays, éléments centraux du plan national de développement économique et social de Djibouti ».

A noter que l'Etat djiboutien a aussi expliqué les bienfaits du changement à la tête de la DCT. Après avoir changé de management, la DCT a retrouvé tout son dynamisme et est redevenu un port majeur dans la région, plaide-t-on. « Il s'impose comme l'une des étapes incontournables entre l'Asie et le monde, en particulier concernant les flux vers les grands ports de la façade est-africaine, notamment Mombassa, Dar es Salam, Maputo et Durban. Les activités de transbordement ont toujours été prévues dans le plan stratégique de DCT », a noté la même source avant de rappeler que le projet de la DCT à l'origine, visait le traitement de 1,6 million de conteneur par an, avant l'arrivée du désormais ex-exploitant dont le volume des activités par an tournait autour de 800.000 conteneurs traités.

Les USA restent mobilisés

La déclaration de la présidence djiboutienne fait suite à la visite ce vendredi 9 mars dans le pays, du secrétaire d'Etat des Etats-Unis, Rex Tillerson qui effectuait une tournée dans la région. Dans une déclaration face à la presse, le haut-responsable américain a déclaré que son pays reste bien mobilisé aux côtés de Djibouti. « Nous avons parlé de nos efforts pour soutenir des réformes vecteur de prospérité sur le long-terme et rendraient Djibouti encore plus attractif aux investissements et au commerce. Et une partie de notre engagement à travailler avec le gouvernement de Djibouti est de poursuivre les progrès à long terme vers la bonne gouvernance, le renforcement de la gouvernance et la capacité de gouvernance institutionnelle ici à Djibouti », a affirmé Rex Tillerson. Le port de Doraleh est très important aux yeux des USA qui luttent avec la Chine pour la suprématie dans la région.

« Si les Chinois prenaient ce port, les conséquences pourraient être significatives », avait d'ailleurs expliqué le général Thomas Waldhauser, commandant des forces africaines pour l'Afrique, cité par Reuters, mardi dernier face à la Commission des Services armés de la Chambre des Représentants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/03/2018 à 21:39 :
"...le général Thomas Waldhauser, commandant des forces africaines pour l'Afrique, cité par Reuters..."

Coquille dans la phrase. Il s'agit des forces américaines, bien entendu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :