Energies : les Américains reviendront-ils en force dans le secteur pétrolier angolais ?

 |   |  682  mots
La politique de réformes engagées par les autorités angolaises, notamment dans le secteur des énergies, a réussi à convaincre les investisseurs étrangers à réinvestir dans ce dernier.
La politique de réformes engagées par les autorités angolaises, notamment dans le secteur des énergies, a réussi à convaincre les investisseurs étrangers à réinvestir dans ce dernier. (Crédits : Reuters)
La Chambre africaine de l'énergie a révélé lundi dernier que les entreprises américaines ne seront pas laissées à l'écart que les investissements dans le secteur de l'énergie angolais augmentent. Selon l'institution régionale, les programmes de réformes mis en place par les autorités du pays offrent aux Américains une occasion de se réengager et de réinvestir sur ce marché.

L'Angola sera toujours aussi un marché accrocheur pour les investisseurs américains. C'est ce qu'ont indiqué lundi dernier les responsables de la Chambre africaine de l'énergie (CAE) dans un communiqué transmis à la presse. «La situation actuelle offre désormais aux entreprises nord-américaines une occasion de se réengager et de réinvestir sur le marché angolais», indique la CAE qui évoque une augmentation des investissements étrangers en Angola ainsi qu'un programme de réformes «ambitieux».

L'intérêt que suscite pour l'Angola, deuxième producteur de pétrole en Afrique derrière le Nigeria, auprès des entreprises américaines n'est plus à prouver. «L'Angola s'est repositionné en tant que centre stratégique d'investissement dans le pétrole et réussi à séduire les sociétés pétrolières américaines qui y portent un nouveau regard alors que l'Afrique redevient une cible pour l'industrie pétrolière américaine», a déclaré Jude Kearney, ancien sous-secrétaire adjoint aux industries de service et finances au département du Commerce des États-Unis sous l'administration Clinton et président actuel de Kearney Africa, cité par le communiqué. Selon lui, les investisseurs américains et de nombreux autres investisseurs étrangers accordent une attention particulière à la vague de réformes en Angola et l'accepteront en investissant. «La conférence sur le pétrole et le gaz en Angola, organisée du 4 au 6 juin et soutenue par le président, sera essentielle à cet égard», a-t-il ajouté.

Lire aussi : Trafic de Kevazingo au Gabon : des sanctions et des démentis

Un marché pétrolier dominé par les Américains

Pour la CAE, les entreprises américaines dominent le marché angolais du pétrolier : les sociétés américaines de services pétroliers et gaziers telles que Halliburton ou Baker Hughes GE «dominent toujours le secteur et investiront probablement davantage» dans la technologie à mesure que le pays intensifie ses efforts d'exploration. Les entreprises américaines ont traditionnellement dominé les investissements dans le secteur pétrolier angolais, en particulier dans le cadre de l'Accord de partenariat stratégique conclu entre les États-Unis et l'Angola, précise la Chambre africaine dans son communiqué de presse.
«L'Angola est de retour et le secteur pétrolier et gazier devrait se redresser après la récession économique. Nous pensons que le nouvel investissement doit également inclure un soutien important aux créateurs d'emplois dans le secteur pétrolier et à l'autonomisation socio-économique des Angolais. Les politiques de marché fonctionnent, et nous encouragerons l'industrie pétrolière et le gouvernement à travailler ensemble et à conclure davantage de contrats», a commenté Sergio Pugliese, président de la CEA en Angola.

Lire aussi : Moïse Katumbi en RDC : les motivations d'un retour au bercail

Soulignant que les autorités angolaises viennent d'adopter une nouvelle stratégie d'octroi de licences d'exploitation pétrolière jusqu'en 2025 et lanceront le mois prochain un appel d'offres incluant des champs de pétrole marginaux dotés d'un cadre fiscal attrayant.

La découverte de l'italien ENI rassure

La présence américaine dans le secteur pétrolier en Angola devra se poursuivre encore alors que l'Italien ENI a découvert récemment dans le bloc 15/06 du pétrole léger. Cette découverte est «un message fort à l'industrie et nous continuerons à plaider pour la présence d'entreprises américaines lors de la mise en valeur de gisements de classe mondiale et de l'exploration, car il n'y a pas de production sans investir dans l'exploration pour trouver plus de pétrole», a déclaré Sergio Pugliese.

«Voir de nouvelles découvertes de pétrole en Angola est une bonne preuve qu'il y ait encore beaucoup de pétrole et de gaz en Angola et renforce l'impression de nombreuses entreprises américaines selon laquelle l'Angola est toujours l'endroit où il faut être», a pour sa part, déclaré Derek Campbell, DPG de TransGen Energy, un groupe énergétique international basé au Maryland aux Etats-Unis. Selon lui, le potentiel gazier est énorme et la technologie américaine, si elle est utilisée correctement, redéfinira le marché du gaz angolais.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :