Ghana : GOIL rejoint le projet d'exploration du bloc offshore d'ExxonMobil

 |   |  280  mots
Le gouvernement ghanéen devrait attribuer à des compagnies pétrolières neuf blocs pétroliers d'ici à fin 2019.
Le gouvernement ghanéen devrait attribuer à des compagnies pétrolières neuf blocs pétroliers d'ici à fin 2019. (Crédits : DR.)
Les autorités ghanéennes viennent de donner leur feu vert à l'entreprise publique GOIL pour rejoindre, en tant que partenaire minoritaire local, le tour de table du projet d'exploration du champ pétrolier en eaux profondes d'ExxonMobil.

Ce mercredi, le ministre ghanéen de l'Energie, Peter Amewu, a précisé dans une déclaration relayée par Reuters que son pays suscite de plus en plus l'intérêt des compagnies pétrolières internationales et locales après le les premiers appels d'offres pour des blocs offshore, lancés le mois dernier par le gouvernement.

En janvier dernier, l'américain ExxonMobil avait signé un accord avec le Ghana pour l'exploration du champ pétrolifère, après des négociations directes sans appel d'offres, en raison notamment de la nature du champ, dont la profondeur varie entre 2 000 à 4 000 mètres, selon le gouvernement.

80% pour Exxon et 20% pour l'Etat ghanéen

Dans ce projet, la compagnie pétrolière américaine est l'opérateur principal, avec une participation de 80%, tandis que la Ghana National Petroleum Corporation, gérée par l'État, détient 15% des intérêts. L'accord exigeait qu'un partenaire local détienne les 5% restants.

Deux semaines auparavant, ExxonMobil allait nommer GOIL comme partenaire dans son projet, avant que l'approbation du gouvernement ne vienne appuyer ce choix. Mais, l'accord définitif ne sera valide qu'après l'approbation du parlement ghanéen.

Le mois dernier, le gouvernement avait lancé ses premiers appels d'offres pour attribuer six blocs pétroliers cette année et trois autres en 2019, via des appels d'offres ouverts ou de négociations directes.

«Plusieurs compagnies pétrolières internationales et nationales ont manifesté leur intérêt pour notre offre d'octroi de licences», a révélé Amewu.

Le Ghana, qui exporte également du cacao et de l'or, a une capacité de production d'environ 200 000 barils par jour à partir de trois champs pétrolifères.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :