Agro-industrie : British American Tobacco soupçonnée de corruption en Afrique

 |   |  404  mots
British American Tobacco avait démenti les révélations avancées en 2015 par la chaîne anglaise BBC.
British American Tobacco avait démenti les révélations avancées en 2015 par la chaîne anglaise BBC. (Crédits : DR.)
Après une enquête réalisée par la «BBC» en 2015, le Serious Fraud Office, l'entité britannique rattachée au procureur général, vient d'ouvrir à son tour une enquête contre la British American Tobacco pour corruption dans plusieurs pays de l'Afrique de l'Est.

Le lobby des producteurs de tabacs en Afrique vient d'encaisser un gros coup. Le deuxième vendeur de tabacs au monde, British American Tobacco (BAT), a annoncé mardi faire l'objet d'une enquête concernant ses pratiques en Afrique de la part de l'organisme chargé de la lutte contre les crimes financiers au Royaume-Uni. La multinationale basée à Londres a également déclaré qu'elle mène ses propres enquêtes, par l'intermédiaire de conseillers juridiques externes, dans des allégations d'inconduite et coopère avec le bureau du procureur.

Ces accusations ne sont pas nouvelles. Elles remontent à 2015 quand la chaîne d'information étatique BBC avait mené une enquête révélant qu'un des lobbyistes de la firme avait effectué des versements en guise de «pots-de-vin» d'une valeur totale de 26 000 de dollars au profit de fonctionnaires au Rwanda, au Burundi et aux Comores en 2015. L'enquête avait également révélé l'implication de deux personnes liées à la Convention-cadre de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la lutte anti-tabac (CCLAT) et une troisième qui serait un ancien membre de cette convention-cadre. À l'époque, l'entreprise avait démenti ces accusations en déclarant : «Nous ne tolérons pas la corruption dans nos affaires, peu importe où cela se produit».

Le Serious Fraud Office (SFO), l'institution chargée de l'enquête et de la poursuite des cas graves ou complexes de fraude et de corruption qui mettent en jeu des sommes supérieures à un million de livres sterling ou qui impliquent plusieurs juridictions nationales, a de son côté confirmé qu'il «enquêtait sur des soupçons de corruption dans la conduite des activités de BAT, ses filiales et des personnes associées». Plus tôt cette année, l'entité rattachée au procureur général a infligé à Rolls-Royce une amende de 500 millions de dollars pour corruption et au groupe de grande distribution anglais Tesco, une autre amende de 130 millions de livres sterling pour avoir sous-déclaré ses revenus.

Des changements réglementaires désavantageux aux Etats-Unis

Ce n'est pas le dernier des ennuis du cigarettier britannique, qui avait à l'époque démenti ces accusations. Vendredi dernier, la Food and drug administration (FAD) américaine a proposé que les cigarettes soient vidées de leurs aspects addictifs en régulant le niveau de nicotine. La proposition n'a pas manqué de causer une chute des cours des actions de la British American Tobacco.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :