Tunisie : hausse sèche des prix du carburant sous la pression du FMI

 |  | 406 mots
Lecture 2 min.
Sous perfusion financière, la Tunisie est contrainte de suivre les consignes du FMI avec qui elle a conclut un accord.
Sous perfusion financière, la Tunisie est contrainte de suivre les consignes du FMI avec qui elle a conclut un accord. (Crédits : Reuters)
En Tunisie, les prix du carburant vont augmenter alors que les salaires ne suivent pas. Une mesure d’austérité supplémentaire qui risque de passer difficilement dans ce pays tiraillé entre les exigences du FMI et celles de son peuple opposé aux restrictions imposées par les autorités successives de Tunis, depuis 2011.

Pour rester en phase avec les exigences du Fonds monétaire international (FMI), la Tunisie en attente de sa prochaine tranche d'emprunt, augmentera les prix du carburant dans les prochains jours, sans que les publics ne suivent. Le pays nord-africain prévoit également de vendre des euro-obligations d'une valeur d'un milliard de dollars au cours des deux prochaines semaines pour aider à financer un budget fortement impacté par une crise économique profonde, selon les déclarations d'une source diplomatique à Reuters.

De nouvelles mesures d'austérité qui ne vont pas passer comme une lettre à la poste. Une forte résistance à cette mesure supplémentaire est attendue des mouvements syndicaux dont le puissant UGTT, mais aussi des populations dépitées par la hausse de l'inflation, l'instabilité politique, depuis le renversement du régime de Ben Ali en 2011. Sous perfusion financière, la Tunisie est contrainte de suivre les consignes de l'institution de Bretton Woods avec qui elle a conclut un accord.

La mesure d'austérité de trop

La Tunisie a convenu avec le FMI, en décembre 2016, d'un programme de prêt d'environ 2,8 milliards de dollars visant à restructurer son économie en difficulté avec des mesures pour réduire les déficits chroniques et les services publics subventionnés. D'ailleurs, une délégation du FMI s'est rendue en Tunisie à la fin du mois de mai pour étudier avec les responsables l'octroi d'une prochaine tranche de près de 250 millions de dollars, portant au total les décaissements à 1,2 milliard de dollars depuis 2016.

La Tunisie qui a réduit sa subvention sur le carburant importé en est à sa troisième hausse des prix cette année. Selon les informations obtenues, les prix du carburant augmenteront de 0,07 dinar soit 0,027 dollar par litre dans les jours à venir. Ce qui est toutefois en deçà des 0,1 dinars demandés par le FMI.

1,5 milliard de dollars de budget ont été alloués à la subvention du carburant pour l'année 2018, mais la hausse récente des prix du pétrole devrait porter cette somme à 4 milliards. « Le FMI exige que l'augmentation du prix du carburant pour l'ensemble de 2018 soit d'environ 0,5 dinars, mais nous voulons que l'ajustement soit acceptable pour freiner l'inflation », a déclaré le responsable. La Tunisie a été fortement soutenue au cours de sa période de transition démocratique : les pays occidentaux partenaires redoutaient que le taux de chômage élevé ne pousse les Tunisiens à migrer clandestinement ou à se tourner vers le militantisme islamiste.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :