Développement du Togo : «Nous mettrons l’accent sur la rigueur et la bonne gouvernance» [Faure Gnassingbé]

 |   |  712  mots
Le président togolais Faure Gnassingbé (3e à partir de la gauche), lundi 4 mars 2019, à la cérémonie officielle de lancement de la tournée du Programme national de développement (PND Tour).
Le président togolais Faure Gnassingbé (3e à partir de la gauche), lundi 4 mars 2019, à la cérémonie officielle de lancement de la tournée du Programme national de développement (PND Tour). (Crédits : LTA)
Le président togolais Faure Gnassingbé a procédé ce lundi, à Lomé, au lancement officiel de la tournée du programme national de développement (PND Tour). Devant les acteurs des secteurs public et surtout privé, le Chef de l’Etat, a appelé à la mobilisation de tous pour le rayonnement de ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Transformation. Voilà un mot qui résume bien le leitmotiv du Togo derrière son plan de développement. Ce lundi 4 février à l'Hotel 2 février de Lomé, le moment se veut historique. Devant un parterre d'investisseurs venus expressément des quatre coins du globe, le président Faure Gnassingbé a solennellement procédé au lancement du PND TOUR, ce programme national de développement de 4 622 milliards de Fcfa sur la période 2018-2022, qui vise justement la transformation structurelle de l'économie nationale.

«Nous sommes déterminés à réaliser cette évolution qualitative, et convaincus que nous en sommes capables», a déclaré le président togolais, Faure Gnassingbe lors de la cérémonie.

«Ce n'est pas juste un plan de plus. Ce n'est pas non plus un outil de théoriciens qui seraient les seuls à pouvoir en parler», a-t-il insisté, avant d'ajouter : «Le PND est formulé dans une démarche inclusive et cohérente, dont la trame demeure la recherche de meilleures conditions de vie pour nos populations».

Poursuivre les progrès

Outre l'omniprésence dans le discours de l'intérêt des populations dans le développement du pays, ce dernier se veut également porteur d'un mindset qui, selon l'autorité de l'Etat, devrait animer tous ceux qui s'engagent pour le PND. «Notre développement est avant tout un processus endogène par lequel nous devons coordonner nos actions et légitimer nos choix en mettant l'accent sur la rigueur et la bonne gouvernance», a-t-il invité, soulignant les récentes avancées du Togo qui a réussi à améliorer ses agrégats économiques. «L'enjeu est désormais de préserver ces avancées et d'en consolider les bases pour progresser davantage». Pour emmener tous les Togolais à s'imprégner de la vision, une tournée sera incessamment organisée dans toutes les régions du pays.

Adopté par le gouvernement en août 2018, le PND s'articule autour de trois axes. Le premier consiste à faire du Togo est un hub logistique et un centre d'affaires d'excellence, en tirant notamment parti de la présence sur son territoire des sièges des grands groupes financiers tels que Oragroup ou Ecobank. Le deuxième axe touche le développement des pôles agricoles, manufacturiers et d'industrie extractive. Enfin, il sera question pour l'Etat togolais de consolider le développement social et renforcer les mécanismes d'inclusion.

Après avoir passé à la loupe les détails du PND, l'économiste Carlos Lopez a salué une initiative qui a tout le potentiel pour rehausser le positionnement du Togo dans la sous-région. D'autant plus que pour y arriver, Lomé parie sur le secteur privé qui devrait assurer 65% du financement nécessaire à la réalisation du PND. A la clé, le pays vise une croissance du PIB de 7,6% en 2022, contre 5% en 2018, ainsi que la création de 500 000 emplois.

Ecobank en appui

Représenté à la cérémonie par quelques intervenants de poids, notamment par le Togolais Gilbert Fossoun Houngbo, ex-Premier ministre et président du Fonds international de développement agricole (FIDA), l'ex-Premier ministre béninois et homme d'affaires Lionel Zinsou, Patrick Sevaistre, membre du Conseil français des investisseurs en Afrique (CIAN) et Ade Ayeyemi, PDG du groupe Ecobank, le secteur privé a salué la «clarté de la vision» présentée dans ce programme de développement.

Ayeyemi a d'ailleurs joint l'utile à l'agréable en signant, séance tenante, un partenariat avec l'Etat togolais pour appuyer le PND. D'après les explications aux journalistes du ministre de l'Economie et des finances Sani Yaya, -cosignataire-, cet accord donne libre cours à la banque panafricaine basée à Lomé pour assister l'Etat  dans le déploiement du PND.

« L'accord porte sur deux volets. Le premier volet consiste en l'accompagnement et l'assistance technique compte tenu de l'expertise d'Ecobank en matière d'investissement. Nous travaillerons également à l'amélioration du climat des affaires, a-t-il détaillé. Le deuxième volet, concerne l'accompagnement financier. La banque va nous accompagner dans la recherche du financement, lequel nous permettra de concrétiser notre engagement dans le PND [celui de l'Etat, à hauteur de 35% des 4 622 milliards de Fcfa, ndlr]. Nous allons beaucoup travailler avec eux. Ecobank connait mieux les investisseurs, car en tant que banque d'affaires, c'est elle qui les financent ».

Article modifié mardi 5 mars à 11:56

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :