Banques : révoqué de la présidence d'Atlas Mara, Bob Diamond paye-t-il le prix de la colère des investisseurs ?

 |   |  458  mots
(Crédits : DR)
Après près d’un an de résistance, Bob Diamond a été contraint de démissionner de la présidence d’Atlas Mara, la banque panafricaine qu’il a co-fondée avec l’homme d’affaires anglo-ougandais Ashish Thakkar. La colère manifeste d’une partie des investisseurs n’y serait pas étrangère.

Officiellement, il s'agit d'une réorganisation des activités du groupe bancaire panafricain visant à lui faciliter la réalisation de ses ambitions. Mais en réalité, c'est l'aboutissement d'une campagne interne de plusieurs mois menée par certains investisseurs. Mercredi dernier en effet, Atlas Mara révélait la démission de Bob Diamond de la présidence du conseil d'administration.

L'annonce s'est voulue résonnante dans les milieux d'affaires où Diamond, ex-puissant patron de Barclays, jouit d'une réputation quelque peu écornée depuis qu'il a été contraint de quitter le navire du géant bancaire britannique, s'arrogeant le surnom de «visage inacceptable de la banque», selon le Financial Times.

Sa démission du poste de PCA chez Atlas Mara -qu'il a co-fondée en 2013 avec l'homme d'affaires anglo-ougandais Ashish Thakkar en se focalisant sur le marché africain- intervient environ sept mois après la réélection surprise du banquier américain lors de l'assemblée générale annuelle de la banque le 29 août 2018. En effet, deux groupes d'investisseurs réclamaient sa démission dénonçant sa non-indépendance en raison de son statut de co-fondateur. Outre cela, la brutale chute de 85% du cours de l'action d'Atlas Mara depuis sa cotation à la London Stock Exchange (LSE) est un facteur d'inquiétude pour les investisseurs.

En Afrique, Atlas Mara a vocation à racheter les établissements prometteurs. Actuellement, ils sont physiquement présents au Botswana, au Rwanda, et au Nigeria qui est «un marché phare pour Atlas Mara et est au centre de la stratégie globale de la société», a précisé le groupe mercredi. A partir du Nigeria en effet -où la banque panafricaine détient 49% de Union Bank, l'une des banques les plus respectées du pays- Atlas Mara compte disséminer ses cartes à travers l'Afrique de l'Ouest. Le groupe prépare également son entrée sur le marché sud-africain avec le rachat prochain de 35% de Go Capital, une filiale de son plus grand actionnaire, le fonds d'investissement canadien Fairfax Africa.

Mickeal Wilkerson, son successeur

atlas mara

Selon le communiqué d'Atlas Mara, Bob Diamond reste au conseil d'administration en tant qu'administrateur non exécutif aux côtés des personnalités connues du business africain, telles que la Nigériane Funke Opeké, fondatrice et CEO de Main One sacrée business leader 2018 aux Data center Dynamics Awards, ainsi que le Béninois Amadou Raimi, ex-vice-président du conseil d'administration mondial de Deloitte.

Diamond est remplacé à la présidence par Mickael Wilkerson qui, jusque-là, était administrateur et dirigeait Fairfax Africa. Il aura la lourde tâche de redorer le blason de cette bancaire panafricaine, poursuivre son développement et surtout trouver la stratégie qui permettra un rebond du cours de son action sur la LES.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :