[Afrique-France] Les faiseurs de ponts (3/8) Dominique Strauss-Kahn : Consulting, la carrière de substitution

 |   |  405  mots
(Crédits : Reuters)
Épinglé par le FMI sur sa dette, Denis Sassou-Nguesso a sollicité l'expertise de DSK pour des négociations qui s'annonçaient ardues, dans lesquelles l'économiste a plongé tête baissée, offrant à la fois des solutions innovantes pour desserrer l'étau budgétaire et en prêtant sa crédibilité internationale au Congo en matière de diversification du tissu productif.

Parnasse ! Tout comme le mouvement littéraire du XIXe siècle qui souhaitait s'éloigner de la politique pour cultiver l'art poétique, lorsqu'il crée au Maroc cette entreprise de « conseil juridique et de gestion » -après avoir dissolu son homonyme de Paris, Dominique Strauss-Kahn a su habilement se réinventer. Pour chasser l'amertume de n'avoir pas pu jouer ses chances à la présidentielle de 2012, plombées par l'affaire du Sofitel de New York ? En partie seulement. Les gracieux émoluments en échange de conseil en stratégie et de mise à disposition de son carnet d'adresses ont fait le reste. Selon les estimations de La Tribune Afrique, sa société, abritée par la très select place financière marocaine Casablanca Finance City, dégagerait près de 3 millions d'euros de bénéfices annuels...

Le sexagénaire ex-directeur du Fonds monétaire internationnal (2007-2011) semble désormais mieux se plaire à sillonner cette Afrique pour prodiguer ses analyses économiques pointues. Depuis le calme de la palmeraie de Marrakech, cet ancien ministre du Commerce sous Mitterrand, ministre des Finances sous Chirac, pousse les intérêts de multinationales tel le suisse Sicpa ou intervient en faveur des palais africains en tensions budgétaires.

Épinglé par le FMI sur sa dette, Denis Sassou-Nguesso a ainsi sollicité l'expertise de DSK pour des négociations qui s'annonçaient ardues, dans lesquelles l'économiste a plongé tête baissée, offrant à la fois des solutions innovantes pour desserrer l'étau budgétaire et en prêtant sa crédibilité internationale au Congo en matière de diversification du tissu productif. Aujourd'hui, le pays commence à sortir la tête de l'eau, bien aidé toutefois par la reprise des cours du Pétrole, ce qui n'enlève rien au mérite de DSK qui a su mettre sa formidable capacité manœuvrière au service du pays pour traverser un passage extrêmement délicat. En Afrique de l'Ouest, le Sénégalais Macky Sall le sollicite régulièrement pour le volet international de son Plan Sénégal émergent (PSE). Pour la modernisation de la gestion des comptes publics à laquelle le pressent ardemment le FMI et l'UE, le Togolais Faure Gnassingbé a également fait appel à lui. Des succès qui ont peut-être convaincu le Malien Ibrahim Boubacar Keïta, chez qui DSK a fait des escales discrètes, mais avec lequel il ne serait pas -encore- sous contrat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2018 à 12:05 :
Faire simple !

"Après avoir dissolu" ?! Pourquoi pas après avoir dissou ?
L'article aurait gagné en clarté en commençant par le dernier paragraphe : "Epinglé par..."
Il est mal écrit. Son auteur a sans nul doute besoin d'un peu de francophonie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :