Togo : « faute de moyens », la conférence ministérielle de la Francophonie déplacée à Paris

Dans un communiqué transmis à la presse ce mardi 24 octobre 2017, l'Organisation internationale de la Francophonie a pris acte de la décision des autorités togolaises de ne plus accueillir la conférence ministérielle. L'organisation a donc reprogrammé la rencontre internationale sur les mêmes dates des 25 et 26 novembre 2017 à Paris.

3 mn

La Secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean, a pris acte de la décision des autorités togolaises de ne plus accueillir la Conférence ministérielle de la Francophonie à Lomé.
La Secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean, a pris acte de la décision des autorités togolaises de ne plus accueillir la Conférence ministérielle de la Francophonie à Lomé. (Crédits : Reuters)

Touchée, mais sereine, c'est ainsi qu'on peut qualifier l'état de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) suite à l'annonce des autorités togolaises reportant la tenue de la conférence ministérielle de la Francophonie. L'organisation a pris acte et a pris la décision de déplacer la rencontre sur Paris aux mêmes dates.

« La Secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean, prend acte de la décision des autorités togolaises de ne plus accueillir la Conférence ministérielle de la Francophonie (CMF) à Lomé tel que décidé lors du XVIe Sommet organisé à Antananarivo (Madagascar) en 2016 », note le communiqué de l'OIF avant de continuer annonçant que « le Président de la Conférence ministérielle de la Francophonie (CMF), Monsieur Henry Rabary Njaka, Ministre des Affaires étrangères de Madagascar, en accord avec la Secrétaire générale, a décidé de tenir ces instances à Paris, aux mêmes dates, soit les 25 et 26 novembre 2017, et sur le même thème avancé par le Togo: ''Economies nouvelles : économie bleue, économie verte - nouveaux moteurs de création de richesse, d'inclusion sociale et du développement durable'' ».

Les autorités togolaises avaient avancé qu'elles auraient eu besoin de beaucoup plus de temps pour « s'offrir tous les moyens nécessaires de mieux préparer cette rencontre internationale de haut niveau ».

Notons que la conférence de la francophonie de Lomé devrait rassembler près de 80 ministres des affaires étrangères de l'espace francophone et aura pour principale préoccupation, de préparer le sommet de l'OIF prévu en 2018 à Erevan (Arménie). Mais les troubles sociopolitiques dans le pays depuis quelques mois ont changé définitivement les prévisions.

La Francophonie préoccupée par la situation politique au Togo

Même si les autorités togolaises dans leurs propos n'ont pas fait cas du contexte politique actuel, il constitue vraisemblablement la raison principale du report demandé. Un contexte que suit la Francophonie de très près. Le communiqué de l'OIF précise que la Secrétaire générale a gardé un contact permanent depuis plusieurs semaines avec les plus hautes autorités togolaises ainsi qu'avec les partenaires régionaux et internationaux et porte également la plus grande attention aux préoccupations exprimées par les acteurs politiques et la société civile.

« J'accepte cette décision, prise à grand regret par les autorités togolaises. Le Togo s'était beaucoup investi et se mobilisait en vue d'accueillir cette réunion majeure des instances pour l'ensemble des délégations des 84 États et gouvernements de la Francophonie. Je souhaite au plus vite un retour à un climat apaisé dans ce pays et pour la population, c'est ce qui nous tient surtout à cœur », a d'ailleurs déclaré Michaëlle Jean.

Elle a poursuivi, rassurant les uns et les autres que l'OIF « ne ménagera aucun effort aux côtés de cet État membre afin de contribuer à l'instauration d'un dialogue inclusif qui suppose la paix des esprits et un climat de sécurité. C'est ce qu'espère la population togolaise et toute la Francophonie avec elle ». Sauf qu'une tentative de médiation proposée en début de mois par l'OIF a été rejetée par toute la classe politique du pays, l'opposition ayant émis des doutes sur la principale médiatrice.

Depuis, la médiation de la crise au Togo est initiée par le président ivoirien Alassane Ouattara. Ce mardi, il déclarait qu'il « est important qu'il y ait un climat de paix au Togo et condamnons toutes les violences. Les manifestations doivent pour se faire de manière pacifique ».

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.