Nigeria : Buhari presse le pas dans l’exécution des travaux d’infrastructures

 |   |  402  mots
A quelques semaines des élections présidentielles, le président Muhammadu Buhari candidat à sa propre réélection, devra batailler pour convaincre les Nigérians de lui accorder un nouveau mandat.
A quelques semaines des élections présidentielles, le président Muhammadu Buhari candidat à sa propre réélection, devra batailler pour convaincre les Nigérians de lui accorder un nouveau mandat. (Crédits : Afreximbank)
A moins de deux mois des élections présidentielles, le Président Muhammadu Buhari presse le pas dans l’exécution des projets d’infrastructures. Le chef d’Etat de la première économie africaine vient de signer le décret exécutif n° 007 de 2019 sur le programme de crédit d'impôt à l'investissement, pour accélérer le développement et la rénovation des infrastructures routières.

Pour démontrer son engagement à accélérer la mise en place d'infrastructures stratégiques notamment dans le domaine des transports, le Président Muhammadu Buhari a signé le décret exécutif n° 007 de 2019 sur le programme de crédit d'impôt à l'investissement pour le développement et la rénovation d'infrastructures routières.

L'ordre signé, il y a 3 jours, à Abuja, devrait permettre d'accélérer les projets pilotes impliquant 19 routes stratégiques dans 11 États répartis au niveau des six zones géopolitiques du pays. Les projets seront confiés à six entreprises de construction et de fabrication, qui vont bénéficier des réductions d'impôts.

«C'est une autre occasion de démontrer l'engagement de cette administration à concevoir, à développer et à mettre en place des partenariats public-privé avec des investisseurs notables afin de combler le déficit d'infrastructure routière dans le secteur des transports », a déclaré le chef de l'Etat à l'agence nationale, la News agency of Nigeria (NAN).

L'initiative devrait permettre d'accélérer les procédures dans l'exécution des projets d'infrastructures au Nigeria, dans la mesure où les propositions budgétaires tardent souvent à être approuvées par l'Assemblée nationale. Le président est revenu sur les débâcles financières du pays de 2014 à 2016 et qui ont retardé l'exécution de la plupart des projets stratégiques et empêché à l'Etat Nigérian d'honorer ses engagements financiers auprès des entrepreneurs.

Lire aussi : Nigéria : à peine sortie de la récession, l'économie risque d'être paralysée par une grève dans le secteur pétrolier

Le président Buhari s'est ainsi engagé à solder les vielles dettes du gouvernement envers le secteur privé. Malgré un contexte défavorable, le chef de l'Etat Nigérian candidat à sa propre succession en mars 2019, reste optimiste. A quelques jours des échéances électorales, il continue l'exécution de ses programmes.

«En dépit de ces défis, l'administration reste déterminée à tenir notre engagement de fournir des infrastructures routières et de transport de qualité aux citoyens, aux communautés et aux entreprises », a ajouté Buhari.

D'autres responsables ou autorités nigérianes ont également apporté leur soutien au projet. Il s'agit notamment de la ministre des Finances, Zainab Ahmed, du gouverneur Nasir El-Rufai de l'État de Kaduna, qui s'est exprimé au nom des 36 gouverneurs d'États ou encore de l'homme d'affaires Alhaji Aliko Dangote.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :