Trophées ODI - Spécial Afrique : l’innovation au service du développement des entreprises, des ONG et des administrations locales

 |   |  1117  mots
(Crédits : BearingPoint)
Depuis 10 ans, dans le cadre de son Observatoire du développement international (ODI), BearingPoint et ses partenaires La Tribune Afrique, HEC Paris et le CIAN, interrogent des dirigeants sur les enjeux du développement international. A l'occasion du 10e anniversaire de l'ODI, BearingPoint a décidé d'organiser des Trophées de l'ODI spécial Afrique. Ces Trophées ont été décernés par un jury rassemblant des hommes et des femmes du secteur privé comme du secteur public. Retour sur les 5 catégories de prix.

Le Trophée de l'Innovation B2B / B2G1 remis dans le cadre des Trophées de l'ODI le 19 novembre 2019 a voulu mettre en avant les innovations aux services des entreprises, des administrations ou encore des ONG. La variété des projets présentés reflète le dynamisme de l'innovation B2B et B2G en Afrique, et ouvre le chemin au développement de multiples projets répondant aux besoins locaux.

Des innovations

Le Trophée de l'Innovation B2B / B2G a rassemblé des candidats extrêmement variés, traitant de sujets différents et proposant des solutions très bien adaptées aux situations et besoins localaux.

4 candidats ont été retenus :

  • CFAO, qui a développé un concept d'usine partagée, en mesure d'aider au développement du secteur industriel africain ;
  • FAMOCO, qui a développé un outil de communication renforcé adapté au besoin à la fois du secteur privé, mais également des ONG ou des administrations ;
  • le groupement OMP Solution, qui supporte les gouvernements pour répondre aux exigences de l'ONU dans les opérations de maintien de la paix ;
  • et enfin, Veolia, qui a développé un projet de retraitement des eaux usées spécialement adapté au contexte de manque d'eau de certaines régions d'Afrique ;

Une dimension industrielle et technologique significative parmi les apports des entreprises françaises

Deux des dossiers illustrent l'apport des entreprises françaises à l'industrie africaine et aux utilities. Deux secteurs économiques complexes en Afrique.

Les classes moyennes sont à la recherche de produits de qualité et abordables, mais, pour les industriels, fabriquer ces produits sur place s'avère parfois plus coûteux que de les importer, en raison des quantités relativement faibles à produire.Le groupe CFAO, à travers sa filiale ivoirienne MIPA (pour Made in Côte d'Ivoire Products for Africa), a développé une unité de production locale multifonction, la Multi PurposeFactory, permettant de fabriquer des produits de qualité à faible prix, et réunissant différents partenaires industriels (Bic, L'Oréal et Capri Sun). La Multi PurposeFactory est divisée en deux parties, l'une dédiée à la production des emballages, des stylos et des rasoirs Bic, l'autre regroupant les lignes de production des cosmétiques et jus de fruits. Par la mutualisation des moyens entre partenaires, CFAO qui porte ces investissements, a permis d'optimiser les coûts de production.

A Windhoek, Veolia assure la gestion de l'usine de traitement des eaux usées depuis 2002.Située dans le centre de la Namibie, l'un des pays les plus arides d'Afrique, la capitale Windhoek vit sous la menace permanente d'une pénurie d'eau. Conscients que les ressources en eau sont limitées, les 400 000 habitants de la ville ont depuis longtemps accepté de consommer au robinet une eau usée recyclée. L'usine Veolia a une capacité de production de 21 000 m3 par jour. L'eau y subit un processus de traitement complexe : une approche à barrières multiples destinée à éliminer tous les polluants et contaminants.

En produisant de l'eau potable à partir des eaux usées, Veolia satisfait 35% des besoins de la ville et de son agglomération. Le recyclage des eaux usées permet ainsi d'augmenter la quantité d'eau potable disponible. Il présente également un double avantage pour l'environnement : éviter de puiser dans les nappes phréatiques tout en réduisant significativement les rejets de polluants dans le milieu naturel.

Ces deux exemples remarquables illustrent la puissance de grands groupes français et la capacité à impacter des questions industrielles sur un continent où les investissements de ce type sont rares.

Les entreprises françaises au service des ONG et des organismes internationaux

Le business aux gouvernements est aussi un secteur clé. Les entreprises, ONG et grandes organisations internationales travaillant en Afrique ont parfois besoin de mettre à disposition de leurs utilisateurs des terminaux mobiles qui ne puissent pas être détournés de leur fonction. C'est à cette problématique que répond FAMOCO qui a conçu une gamme de terminaux mobiles, customisables par ses clients B2B. Deux exemples concrets viennent l'illustrer :

  • Afin d'augmenter la traçabilité de l'aide alimentaire, Famoco a digitalisé les coupons papier du Programme alimentaire mondial (PAM). Des cartes contenant des informations biométriques sont dorénavant attribuées aux bénéficiaires, qui doivent les faire scanner par les responsables des points de collecte afin d'obtenir l'aide alimentaire. Ce projet a été déployé dans 41 pays et douze millions de personnes en bénéficient. Le risque de fraude et de vol ayant été éliminé, le nombre de bénéficiaires a pu être augmenté de 17% pour le même budget. Cette solution permet en outre au PAM de mieux connaître ses bénéficiaires et de pouvoir évaluer en temps réels les besoins sur le terrain.
  • Pour augmenter la productivité des personnes commercialisant les produits Nestlé à Abidjan, à l'attention de l'Unesco Abidjan, Nestlé Côte d'Ivoire et le ministère de l'Education,une application d'alphabétisation a été installée sur les terminaux FAMOCO mis à leur disposition. Ce projet a montré une forte adhésion des personnes apprenantes. Une seconde phase est en cours de réflexion pour étendre le dispositif à toutes les grandes villes de la Côte d'Ivoire.

Les pays africains souhaitant apporter leur contribution à la paix sous-régionale ne sont pas toujours en mesure de le faire selon les standards requis par les Nations-Unies, ce qui les empêche d'être éligibles au remboursement des opérations de maintien de la paix.

Pour répondre à cette problématique, OMP Solutions, groupement français associant Ineo Support Global, filiale d'Engie, et le Groupe Marck, ETI industrielle et familiale, propose une solution globale pour les contingents déployés en opération de maintien de la paix. L'offre conçue inclut notamment l'acheminement sur le théâtre d'opérations d'équipements neufs conformes aux standards de l'ONU, des formations techniques sur les matériels, une assistance au maintien en condition opérationnelle des équipements et la rédaction d'accords avec l'ONU.

Déjà présentes en soutien de contingents de la MINUSCA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique), les équipes d'OMP Solutions fournissent assistance et conseils sur mesure, de l'élaboration du projet à sa concrétisation sur le terrain.

Ces quatre exemples illustrent bien l'importance et la richesse des projets qui ne sont pas axés grand public. Les produits et services proposés aux entreprises ou aux gouvernements sont non seulement structurants, mais aussi véritablement innovants. Souvent peu médiatisés ces projets sont pourtant essentiels au développement du continent, mais sont aussi un domaine de force des filières françaises.

Par Jean-Michel Huet et Hubert de Launay, BearingPoint

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :