Les Trophées du développement international récompenseront les plus belles success-story françaises en Afrique

 |   |  928  mots
(Crédits : Bearing Point)
Depuis 10 ans, l’Observatoire du développement international (ODI) de BearingPoint interroge les chefs d’entreprises sur les enjeux du développement à l’international. Cette année, l’Afrique est à l’honneur et les Trophées du développement international qui seront remis le 19 novembre à Paris, récompenseront les entreprises françaises qui innovent sur le continent.

BearingPoint, le cabinet de Conseil en management et technologie qui compte près de 10.000 collaborateurs dans le monde, a décidé de récompenser les entreprises françaises en Afrique, pour célébrer les 10 ans de l'Observatoire du développement international.

Le cabinet international accompagne ses clients publics et privés, dans plus de 75 pays et compte dans son portefeuille, des références comme Orange, Total, la Société Générale mais aussi la KfW allemande, l'Agence Française de Développement (AFD), la Banque mondiale, Maroc Télécom ou encore Sunu, et intervient auprès de nombreux gouvernements africains parmi lesquels le Maroc, le Cameroun, le Sénégal, la Côte d'Ivoire, la Guinée ou Madagascar.

« Il y a 10 ans, nous avons lancé avec HEC un Observatoire du développement international, suite à la demande de clients qui nous demandaient comment les groupes français procédaient en matière de développement à l'international. On s'est aperçu que personne ne faisait d'étude à ce sujet et c'est ainsi qu'est né l'ODI » explique Jean-Michel Huet, Partner chez BearingPoint.

« Pour les 10 ans, nous voulions faire quelque chose de différent (...) On a choisi de parler d'Afrique et nous avons sollicité les entreprises françaises afin qu'elles nous présentent leurs projets qui démontrent leur développement sur le continent au cours de ces 10 dernières années » poursuit-il. A quelques semaines de l'échéance 2020 qui sera résolument l'année de l'Afrique en France, avec la saison des Cultures africaines et le Sommet Afrique-France à Bordeaux, BearingPoint a choisi de se concentrer sur le continent, à l'occasion de cette remise de prix qui se déroulera le 19 novembre prochain.

L'inéluctable renforcement du secteur privé

A travers l'analyse des dossiers, le jury des trophées du développement international a observé 4 grandes tendances de fond : le soft power français, le succès des grandes entreprises tricolores et des startups, le renforcement de thèmes relatifs à l'énergie, l'eau, aux moyens de paiement mais aussi le développement des partenariats publics privés (PPP) en brownfield (ndr : pour transférer vers une société privée la responsabilité de l'amélioration et/ou de la gestion d'actifs).

Les PPP qui représentent souvent une solution privilégiée en matière de financement des infrastructures sur le continent, ont bénéficié de campagnes marketing tous azimuts au milieu des années 2010 mais essuient aujourd'hui un certain nombre de critiques depuis les départs fracassants de Veolia au Gabon (déposséder de la concession d'électricité et d'eau) ou encore après la renationalisation du terminal portuaire de Djibouti, en 2018. Ils font régulièrement l'objet de critiques pour la complexité de leurs montages financiers, leurs coûts de structuration élevés et sont mis à mal par des cadres réglementaires et juridiques à géométrie variable.

« Le sujet n°1 en Afrique n'est ni la corruption ni les questions sanitaires ni le risque politique qui sont plutôt bien connus, c'est surtout les problèmes financiers et monétaires qui posent problème. Comment gérer les évolutions de change par exemple ? (...) Les délais de paiement sont aussi parfois très lents » explique Jean-Michel Huet qui revient par ailleurs, sur l'incertitude qui accompagne encore trop souvent les questions juridiques ou fiscales. « Je suis une entreprise française, si demain je fais un procès dans un pays d'Afrique : est-ce que je vais le perdre systématiquement? Est-ce que les Etats vont créer de nouveaux impôts ? Un opérateur télécom a quitté le Niger il y a moins d'un an car le pays avait créé une nouvelle taxe qui captait toute la richesse » poursuit-il avant de conclure néanmoins sur un certain nombre d'avancées en termes de « stabilité sur les questions de types politique, juridique, institutionnel et sur la fiscalité » au cours des 10 dernières années.

La plus belle success-story sur le continent

« Nous avons reçu 200 dossiers et notre sélection à fait l'objet de vifs débats entre les membres du Jury pour définir les 6 lauréats qui seront récompensés mi novembre, à Paris » explique Jean-Michel Huet.

En avril 2019, BearingPoint avait lancé un appel à candidatures auprès de 50.000 contacts ciblés pour « mettre en avant des belles histoires de business development en Afrique » poursuit-il. Le jury a réalisé une première sélection qui a permis d'identifier une vingtaine de dossiers dans 6 catégories différentes : le business model le plus innovant, la meilleure innovation technologique ou digitale, le développement durable, l'innovation BtoB et BtoG, la meilleure startup et enfin un grand prix récompensant une entreprise qui s'est particulièrement distinguée sur les dix dernières années.

« Dans chaque catégorie, nous avons décidé de mélanger la taille des entreprises : qu'il s'agisse de groupes du CAC 40 qui réalisent 5MD€ de chiffre d'affaires en Afrique, de PME ou de startups.  In fine, sur les 6 prix que nous décernerons, 50% des trophées iront vers les startups et/ou jeunes entreprises, et 50% vers les grands groupes français » souligne l'Associé de BearingPoint, qui précise par ailleurs, que « certains secteurs sont remontés de façon assez forte lors de la sélection, en particulier, tout ce qui entoure les moyens de paiement, l'électricité, l'eau, l'éducation et l'information ».

La Tribune Afrique est partenaire de l'événement. Pour toute inscription, veuillez vous rendre sur le lien suivant :

https://www.bearingpoint.com/fr-fr/notre-succes/evenements/trophees-odi-2019/

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :