Le marocain Cimaf lance l'exploitation de sa nouvelle cimenterie au Tchad

 |   |  460  mots
(Crédits : LTA)
Le groupe marocain Cimaf a investi au Tchad 23 milliards de Fcfa pour sortir de terre une cimenterie pouvant produire jusqu’à un million de tonnes de ciment par an. La nouvelle usine a été inaugurée ce lundi par le président tchadien Idriss Déby Itno qui voit à travers l’installation de cette industrie par des investisseurs marocains dans son pays, un modèle de coopération sud-sud à encourager.

C'est une aubaine pour les consommateurs tchadiens et l'économie du pays qui traverse une mauvaise passe à cause de la chute vertigineuse des cours du pétrole. D'une capacité de production de 500.000 tonnes par an extensible à un million de tonnes dans les années à venir, l'usine va tout de suite employer 200 travailleurs tchadiens pour la phase d'exploitation. Certaines de ces recrues seront envoyées au Maroc pour les besoins d'une formation complémentaire dans le cadre d'une coopération de transfert de savoir-faire entre le Tchad et le Maroc. La construction de la nouvelle cimenterie, située à Lamadji sur la sortie Nord de la capitale N'Djamena, a permis la création de 1000 emplois indirects dans la phase de construction. Appelée CIMAF-Tchad, l'usine a été financée par le groupe marocain Ciment d'Afrique à hauteur de 23 milliards de Fcfa. Ainsi, la CIMAF-Tchad est la deuxième unité de production de ciment du pays. La première cimenterie du Tchad a été construite par des investisseurs chinois en 2012.

Vers une baisse du prix du sac de ciment

Avec l'arrivée de la CIMAF-Tchad, l'usine de Baoré, celle mise en exploitation par les chinois dans le sud du pays et qui vend deux types de ciments de qualités différentes entre 7000 et 9000 Fcfa, devrait normalement revoir à la baisse ses prix, concurrence oblige. Le prix du sac sorti de la nouvelle usine n'est pas encore communiqué, mais selon APA, « celui-ci sera abordable pour un Tchadien à revenu moyen », ont rassuré les responsables marocains.

Toujours pour rassurer les consommateurs tchadiens, le président-directeur général du groupe « Addoha Cimaf », Anas Serfrioui, promet que le ciment de la CIMAF-Tchad sera du ciment de qualité.

Le Maroc, un modèle de coopération sud-sud ?

Venu inaugurer la cimenterie, le président Tchadien a salué ce lundi 12 juin une coopération sud-sud bénéfique pour tout le continent. Pour Idriss Déby Itno, l'installation de la cimenterie de la CIMAF par les marocains témoigne de la conviction du roi du Maroc qui nourrit son ambition de s'intégrer davantage en Afrique et qui croit au développement de l'Afrique par les propres Etats du continent.

« Cette coopération s'inscrit dans le cadre des échanges entre pays africains, en quête permanente de développement. La démarche est à encourager pour la construction des routes, des infrastructures », a notamment souligné le président Tchadien avant d'ajouter que la CIMAF-Tchad « est une bouffée d'oxygène pour tout le continent africain ».

Le Maroc qui négocie en ce moment son intégration officiellement au sein de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO) en tant que membre à part entière, a investi plusieurs milliards de dirhams entre 1999 et 2017 dans beaucoup de projets en Afrique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/06/2017 à 7:25 :
Le klincker vient tres probablement du maroc et je ne vois pas d'ou vient le probleme car qu'ils viennent du maroc ou d'ailleurs d'autant que le maroc a toujours soutenu le tchad face à ses ennemis
a écrit le 15/06/2017 à 8:53 :
Merci de me dire d'où vient le calcaire nécessaire à la fabrication du ciment. Il n'y en a aucun dans la région périphérique de N’Djamena, et ce sur plus de 300 km à la ronde, sauf erreur de ma part.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :