Cacao : le Ghana acculé à retarder le début de la saison agricole

 |   |  404  mots
(Crédits : Reuters)
Accra vient de retarder le début de la nouvelle saison du cacao, qui ne devrait débuter qu’après la réception de la première tranche d’un prêt syndiqué de 1,3 milliard de dollars. Un budget qui servira à la rémunération des cultivateurs de cacao ghanéens.

Le Ghana vient d'annoncer son intention de retarder le début de la nouvelle saison du cacao, tant qu'Accra ne recevra pas les produits d'un prêt syndiqué de 1,3 milliard de dollars. Une enveloppe destinée à payer les agriculteurs selon le régulateur du secteur. Cette décision devrait repousser les opérations d'acquisition de la plus importante des 2 récoltes annuelles qui ne devrait débuter qu'à la mi-octobre.

Priorité aux cultivateurs

En attendant la réception effective du prêt, le comité d'évaluation des prix à la production du régulateur, qui fixe le salaire minimum versé aux producteurs devrait se réunir au cours de la semaine. Pour l'heure, le régulateur a fait savoir que l'ensemble de ses opérations financières ne seront débloquées que lorsque la première tranche du prêt syndiqué sera réceptionnée par les autorités.

Une situation qui s'explique par la décision du Ghana de ne pas baisser le prix versé à des agriculteurs, malgré les sollicitations de la Côte d'Ivoire à revoir ses tarifs du cacao à la baisse. Une demande qu'Abidjan a justifiée par un souci de réduction des écarts des paiements entre cultivateurs ghanéens et ivoiriens. Le Ghana a en effet versé aux cultivateurs de cacao quelques 1.725 dollars/ tonne lors des derniers mois, alors qu'Abidjan a dû réduire le prix versé aux producteur à 1.226 dollars/ tonnes en avril dernier.

Le Ghana campe sur ses positions

Une différence qui débouché sur l'explosion de la contrebande de fèves ivoiriennes au Ghana. Les deux pays d'Afrique de l'Ouest représentent plus de 60% de la production mondiale de cacao et doivent faire face à une baisse des prix de près d'un tiers depuis janvier 2017. Une conjoncture qui a poussé Yamoussoukro à ajuster les paiements des agriculteurs en fonction des prix du marché, là où Accra a décidé d'absorber la volatilité en maintenant les paiements inchangés.

Le Ghana a par ailleurs annoncé son intention de maintenir le régime actuel, pour préserver ses agriculteurs des chocs à venir. La Côte d'Ivoire devrait de son côté annoncer ses nouveaux tarifs le premier octobre. La côte d'Ivoire a enregistré une récolte record de plus de 2 millions de tonnes de cacao lors de la saison qui s'est terminée le 24 septembre dernier, dont 1,9 million a été exportée lors de la même période.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :