Rwanda : Des rhinocéros noirs pour booster le tourisme

 |   |  438  mots
Les 20 rhinocéros noirs viendront enrichir la faune du parc naturel de l'Akagera.
Les 20 rhinocéros noirs viendront enrichir la faune du parc naturel de l'Akagera. (Crédits : DR.)
Le gouvernement rwandais vient d'importer 10 rhinocéros noirs de l'Afrique du Sud, afin de réintroduire cette espèce en voie d'extinction dans le parc national de l'Akagera. Estimée à 2 millions de dollars, l'opération vise à soutenir l'attractivité touristique du pays.

Pour appuyer le secteur touristique, le  gouvernement rwandais est prêt à consentir tout effort. Le pays vient en effet d'importer des rhinocéros noirs d'Afrique du Sud, destinés au Parc national de l'Akagera. A bord d'un avion qui a atterri à l'aéroport de Kigali cette semaine, le grand herbivore, une espèce en voie de disparition pour cause de braconnage, va enrichir le patrimoine du parc. Les autorités consacrent ainsi leurs promesses de réintroduire des espèces en voie d'extinction dans l'Akagera, un grand site de tourisme du pays. «Le retour du rhinocéros témoigne de l'engagement extraordinaire du Rwanda en faveur de la restauration et de la conservation de la diversité naturelle dans le parc de l'Akagera», s'est réjoui Peter Fearnhead, PDG d'African Parks qui gère le parc d'Akagera. D'après un communiqué d'African Parks, cette introduction de 10 rhinocéros n'est qu'une première partie du transfert. Une seconde population de rhinocéros noirs est attendue ce mois de mai. L'organisation «est en train de transférer depuis l'Afrique du Sud une population initiale d'environ 20 rhinocéros noirs dans le parc national de l'Akagera. Cet extraordinaire retour aura lieu au cours des deux premières semaines de mai», détaille le communiqué. Estimée à  2 millions de dollars, cette opération a pour objectif de soutenir encore plus l'attractivité du parc de l'Akagera.

Augmenter les recettes du secteur

 En 2016, le parc de l'Akagera a accueilli pas moins de 36 000 visiteurs. On peut donc comprendre l'effort du gouvernement pour en assurer la conservation. «Nous sommes parfaitement prêts à accueillir et à assurer la sécurité de ces rhinocéros au profit de notre industrie touristique et de la communauté en général», a déclaré Clare Akamanzi, responsable de l'Office rwandais du développement (RDB).

Ce n'est pas la première fois que le Rwanda importe des animaux sauvages pour ces parcs. En juillet 2015 déjà, sept lions avaient été transférés d'Afrique du Sud vers le parc national de l'Akagera, 15 ans après avoir disparu du Rwanda. Grâce à cette introduction, le parc dispose désormais des 5 espèces les plus rares qui intéressent les touristes, à savoir l'éléphant, le rhinocéros, le lion, le léopard et le buffle.

En 2013, le tourisme a généré 293,6 millions dollars au Rwanda, contre 281,8 millions de dollars en 2012. Le secteur, qui connaît une forte progression, est la  troisième source de recettes, après le café et le thé. Entre 2015 et 2016, les revenus touristiques du pays ont atteint 400 millions de dollars. Les divers parcs du pays y ont participé à hauteur de 60%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :