Réchauffement climatique : les entreprises marocaines investissent 12 millions de dirhams

 |   |  355  mots
(Crédits : Reuters)
Quelques mois après l'organisation, à Marrakech, de la COP22, les efforts se poursuivent pour mettre en oeuvre une stratégie nationale de développement durable qui va dans le sens de l'accord de Paris pour la lutte contre le réchauffement climatique. Selon la secrétaire d'Etat chargée du développement durable au Maroc, le texte sera adopté dans quelques semaines. Un retard qui n'a pas empêché les entreprises faisant partie du patronat marocain de proposer des projets avec des financements bouclés d'une valeur de 12 millions de dirhams.

« Le Maroc adoptera dans les semaines qui viennent sa stratégie nationale de développement durable ». C'est ce qu'a affirmé Nezha El Ouafi, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Energie, des Mines et du Développement Durable, chargée du Développement Durable lors de « Action Climat Maroc post-COP22 ». Un événement organisé, ce vendredi 26 mai, par son département pour rappeler les résultats de la COP22, faire le point sur les négociations climatiques mais surtout valoriser l'organisation marocaine de l'événement onusien. Ce plan, qui ambitionne de créer 250.000 emplois à l'horizon 2020, a bénéficié de l'engagement de l'équipe gouvernemental pour « mettre en œuvre ses programmes et pour assurer le suivi de ses différents projets », comme l'a exprimé d'ailleurs le Chef du gouvernement marocain, Sâadeddine El Othmani, également présent à la manifestation.

Cela dit, si elle est nécessaire, la stratégie gouvernementale n'est pas suffisante pour lutter contre le réchauffement climatique. Selon la présidente de la confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Meriem Benssalah, cela revient au secteur privé d'appliquer les résolutions de l'Accord de Paris à travers la création de filiales qui vont faire du développement durable et la lutte contre le réchauffement climatique une activité génératrice de revenue. « Les entreprises marocaines ont mobilisé 12 millions de dirhams (1,09 million d'euros) pour la réalisation de projets dans ce sens. Nous nous positionnons ainsi comme partenaire des pouvoirs publics. Cela dit, nous avons besoin d'un partenariat avec le gouvernement pour donner de la force à ses projets », a insisté la patronne des patrons marocains. Un partenariat qui intègre notamment l'adaptation de toute la partie régulation, process et fiscalité qui devront être le fruit de négociations à mener entre le secteur privé et le gouvernement.

Cette rencontre qui a connu la participation d'une centaine de représentants d'administrations et établissements publics, du secteur privé, des élus, des instituts de recherche, et des acteurs de la société civile a également été l'occasion de rendre hommage aux acteurs qui ont contribué à l'organisation de la COP22.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/05/2017 à 20:10 :
1 million € ? Ce n'est rien du tout !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :