Nigeria  : la recette salée de la crise du Cameroun anglophone

 |   |  531  mots
(Crédits : Reuters)
La crise sociale en cours dans la partie anglophone du Cameroun risque de faire perdre plus de 450 milliards de Fcfa au Nigeria, selon le média nigérian Business Day. Relative aux revendications d'amélioration des conditions de vie, cette crise paralyse l'activité économique dans la zone depuis quelques semaines déja.

Les relations commerciales entre le Nigeria et le Cameroun vont sans doute en prendre un coup. Le Magazine nigérian Business Day vient de révéler dans ses colonnes que la crise sociale qui endigue les activités économiques dans les deux régions anglophones du Cameroun aura de graves conséquences financières sur le Nigeria. La première puissance économique d'Afrique, actuellement en panne économique, pourrait bien perdre plus de 732 milliards de dollars, soit environ 450 milliards de Fcfa.

Ces calculs se basent sur une chute (conséquence de la crise) des exportations nigérianes vers la zone anglophone du Cameroun, lesquelles ont pourtant récemment connu une nette progression avec la construction en cours d'achèvement d'une route de 403 kilomètres reliant Bamenda au Cameroun et Enugu au Nigeria. D'autre part, Business Day estime que les droits d'entrée des produits camerounais au Nigeria et les droits de sortie des importations camerounaises en provenance du Nigeria, à partir de la frontière qui borde les régions du nord-ouest et sud-ouest du Cameroun, constituent des recettes importantes pour le Nigeria.

« Les importations camerounaises en provenance du Nigéria sont soumises au payement d'un droit légal moyen de 19,10%, y compris une taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de 17,5% et d'autres taxes cachées. En revanche, les importations nigérianes en provenance du Cameroun sont soumises au payement d'une taxe de 11%, y compris la TVA », révèle le magazine.

Des entrées que la crise sociale au Cameroun empêchera impacte lourdement. Le Cameroun et le Nigeria ont développé d'importantes relations commerciales depuis des années. Selon le ministère camerounais du commerce, le Nigéria est le premier fournisseur du Cameroun et leurs échanges culminent en moyenne à 382 milliards de Fcfa par an.

Une perte peut-être plus lourde pour le Nigeria

Compte tenu de la porosité de la frontière entre les deux pays (près de 1.500 km), les autorités éprouvent d'énormes difficultés à contrôler les flux qui y transitent. Le Nigeria et le Cameroun avaient pourtant signé une série d'accords de coopération à l'issue de la 6ème commission mixte de coopération entre les deux pays. Ces accords portaient entre autres sur une formalisation des échanges. L'accord est intervenu après l'annonce du statut de première puissance économique d'Afrique pour le pays le plus peuplé du continent, le Nigeria, et à un moment où les officiels nigérians s'apprêtaient à inaugurer la route Enugu (Nigeria) - Bamenda (Cameroun), qui a permis d'augmenter considérablement les échanges commerciaux déjà importants entre les deux pays.

D'après les statistiques en 2012 du Ministère camerounais du commerce, le Nigeria a pris 3,5% des exportations formelles du Cameroun loin derrière la Chine, qui a accueilli 15% des exportations camerounaises. En sens inverse, le Nigeria est le plus grand fournisseur avec entre 22,6 et 17,8 % des importations du Cameroun de 2011 à 2012, loin devant la France qui fait sur la même période entre 2,8 et 11,8% et la Chine entre 10,8 et 10,4%. Au vu de ces chiffres, on pourrait, en prenant en considération la porosité de la frontière, comprendre ceux qui pensent que le Nigeria pourrait perdre plus qu'annoncé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/03/2017 à 8:17 :
Tres bon article
a écrit le 24/03/2017 à 8:17 :
Tres bon article
a écrit le 24/03/2017 à 8:17 :
Tres bon article

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :