Approvisionnement en eau  : l'UE à la rescousse du Nigéria

 |   |  509  mots
(Crédits : REUTERS/ Sukree Sukplang.)
L'Union européenne va accorder au Nigeria une aide de 40 millions d'euros destinée à l'approvisionnement en eau dans trois Etats fédérés du pays. L'instance continentale a expliqué que son apport rentre dans le cadre de la 3ème phase du programme de réforme de l'assainissement et de l'approvisionnement en eau (WSSSRP III).

Pour contrer ses difficultés de l'accès à l'eau, l'Union européenne (UE) vient d'annoncer sa décision d'apporter un appui financier de 40 millions d'euros au Nigeria. Le fonds est destiné à financer les projets gouvernementaux d'approvisionnement en eau dans trois Etats fédérés. Il s'agit d'Ekiti, d'Adamawa et du Plateau. Les trois Etats font face à une grave pénurie d'eau potable qui dure depuis quelques années déjà et qui s'est accrue dernièrement. Toutefois, l'aide de l'UE ne sera pas suffisante pour la réalisation des travaux prévus dans le cadre du programme d'approvisionnement. Selon un fonctionnaire de la représentation de l'UE au Nigeria, chacun des Etats devra prévoir de son côté une contribution d'un peu plus de 4 millions d'euros afin que le programme aboutisse. Cette contribution représente environ 30% du montant requis pour les travaux.

Par ailleurs, l'appui financier que va offrir l'Union européenne n'est pas isolé. Il rentre le cadre de la troisième phase du programme de réforme de l'assainissement et de l'approvisionnement en eau (WSSSRP III). Il s'agit d'un vaste programme prévu pour répondre au besoin croissant en eau potable dans 14 Etats fédérés du Nigeria. Le financement de l'UE ne constitue donc que le dernière geste en date en ce qui concerne les questions relatives à l'approvisionnement en eau dans le pays. Dans ses prévisions pour un futur proche, Bruxelles compte améliorer l'accès des populations à l'eau potable dans les 14 Etats susmentionnés.

Stress hydrique

Fortement en crise monétaire et financière, le Nigeria ne souffre pourtant pas qu'économiquement. Car sur le plan de l'accès à l'eau, le pays fait face à de graves problèmes d'accès à l'eau. Dans la ville de Lagos par exemple, le gouvernement ne fournit que 955 millions de litres d'eau. Pour pallier au besoin, plusieurs Nigérians se tournent vers les livraisons d'eau minérale ou traitée, ou creusent carrément eux-mêmes des puits. Cette situation dans la capitale économique du Nigeria est due selon le ministère de l'information, aux sabotages d'oléoducs et de gazoducs dans la région du delta du Niger.

En avril 2016, une attaque a paralysé même la plus grande société de distribution d'eau de l'Afrique, le Lagos Water Corporation (LWC). En temps normal, la société alimente plus de 12,5 millions de personnes en eau potable dans l'Etat de Lagos. « Nous travaillons d'arrache-pied pour trouver une solution alternative afin d'alimenter en énergie nos usines de pompage », avait réagit LWC. La situation de crise d'eau à Lagos est symptomatique des autres régions du pays surtout dans les zones qui ont été sujettes à la secte islamiste armée Boko Haram. C'est aussi le cas des Etats d'Ekiti, d'Adamawa et du Plateau et d'autres localités. C'est d'ailleurs dans ce contexte que le gouvernement fédéral avec ses partenaires a élaboré le programme de réforme de l'assainissement et de l'approvisionnement en eau (WSSSRP), pour venir en aide à 14 Etats victime de la pénurie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :