Kenya  : le parc de la téléphonie mobile enregistre une augmentation de 2,8%

 |   |  335  mots
Au Kenya, les opérations de paiement des biens et services via les plateformes mobiles ont cumulé un volume de 6,92 milliards de dollars au cours du second trimestre de cette année.
Au Kenya, les opérations de paiement des biens et services via les plateformes mobiles ont cumulé un volume de 6,92 milliards de dollars au cours du second trimestre de cette année. (Crédits : Reuters)
Le nombre d'abonnés à la téléphonie mobile au Kenya a atteint 40,2 millions en juin 2017. Selon les dernières données de la Communication Authority of Kenya, ce chiffre constitue une augmentation de 2,8%, alors que le secteur gagne de plus en plus en compétitivité, notamment avec l'engouement pour les solutions de la «mobile money».

Le niveau de couverture de la téléphonie mobile au Kenya ne cesse d'augmenter. Selon le dernier rapport de la Communication Authority of Kenya (ACK) -le «gendarme» du secteur- portant sur le second trimestre 2017, le nombre des abonnés à la téléphonie mobile a dépassé les 40,2 millions. Avec ce volume, le taux de couverture nationale est désormais de 88,7% et constitue une augmentation de 2,8% par rapport aux statistiques du premier trimestre de l'année affichant un taux de couverture de 86,2%.

Cette augmentation coïncide avec celle du nombre d'abonnés de la mobile money. L'ACK note qu'entre avril et juin de cette année ce nombre s'est établi à 28 millions d'abonnés.

Un flux de 12 milliards de dollars

L'augmentation des services financiers via mobile bat aujourd'hui tous les records. A en croire l'ACK, le paiement des biens et services via les plateformes mobiles de transfert d'argent a atteint 6,92 milliards de dollars. Ce chiffre dépasse de loin le 1,02 milliard de dollars réalisé à la fin de l'année 2015.

Le rapport de l'ACK indique que durant la période, un total de 480,5 millions de transactions d'une valeur de 12 milliards de dollars, prenant en compte les retraits et dépôts, a été réalisé. «La croissance positive observée dans le segment du transfert d'argent mobile a été principalement motivée par l'utilisation généralisée des solutions mobiles dédiées et l'adoption du service parmi les groupes traditionnellement mal desservis (populations rurales, NDLR) et une gamme de plus en plus large de services d'argent mobile au Kenya, y compris les produits d'assurance et de prêt», souligne l'ACK.

Selon les analystes de l'autorité en charge du secteur, les services financiers mobiles font de plus en plus partie intégrante de la vie des Kényans. Les offres proposées aujourd'hui permettent le décaissement de prêts, le transfert d'argent, le paiement dans les commerces, des redevances des services publics (eau, loyer et électricité), des frais de scolarité, et des dividendes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :