Kenya : Telkom s'apprête à faire passer le service Orange Money à la trappe

 |   |  371  mots
Les jours de la plateforme Orange Money au Kenya sont comptés, faisant place au service développé par le nouvel actionnaire de référence Telkom Kenya.
Les jours de la plateforme Orange Money au Kenya sont comptés, faisant place au service développé par le nouvel actionnaire de référence Telkom Kenya. (Crédits : Reuters)
Une nouvelle plateforme mobile banking s’apprête à faire son entrée sur le très concurrentiel marché kényan. Développée par l’ex-filiale d’Orange, Telkom Kenya, désormais contrôlée par le fonds d’investissement britannique, Helios Investment Partners, cette nouvelle solution devrait remplacer le service Orange Money qui a échoué à percer sur le marché kényan.

Le marché kényan des télécoms s'apprête à accueillir un nouvel acteur de mobile banking. Une incursion dans les terres de M-Pesa au goût de revanche pour Telkom Kenya. L'opérateur avait essayé de lancer sans réel succès le service Orange Money sur le marché kényan. Cet échec s'explique notamment par la « rusticité » de la solution, qui ne comportait pas beaucoup de fonctionnalités.

Open plateforme

Le côté basique de la solution d'Orange avait condamné de facto la compétitivité du service face au mastodonte et leader mondial en la matière, Safaricom. Une année plus tard, Telkom Kenya a changé de main, passant du giron Orange à celui du fonds d'investissement britannique Helios Investment Partners. Le nouvel actionnaire de référence de l'opérateur alternatif est actuellement au stade des derniers préparatifs avant le lancement de sa solution mobile

Selon le management de l'opérateur, les tests produit seraient prêts à être menés sur la future plateforme money banking dès le mois prochain. L'objectif pour les équipes R&D de Telkom Kenya est de mettre en place « un système plus ouvert et flexible ». Une sorte « d'open solution » qui permettrait aux futurs consommateurs de l'utiliser même s'ils sont déjà abonnés à d'autres fournisseurs, voire utilisent d'autres systèmes.

Handicap considérable

Tout le défi pour Telkom reste d'arriver à développer dans un premier temps une nouvelle base clients, y compris ces abonnés data actuels qui utilisent d'autres plateformes mobiles. Là où la plateforme Orange Money a traité 125 millions de shillings (un peu plus d'un million de dollars) entre janvier et mars dernier, le reste des plateformes mobiles ont vu transiter un flux de 1.2 trillion de shillings (plus de 10 milliards de dollars) !

Un écart considérable que l'opérateur alternatif espère combler en lançant le plus rapidement possible sa nouvelle plateforme d'argent mobile. Pour rappel, l'entrée d'Helios au capital de Telkom remonte à novembre 2015, après que le français Orange ait décidé de se séparer de ses 70% du tour de table. Le fonds d'investissement s'est ainsi approprié 60% du capital, alors que l'Etat kényan a fait passer sa part de 30 à 40%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :