En Afrique, le numérique est une arme contre l’illettrisme

Le contexte pandémique a entraîné une accélération significative de la révolution numérique en Afrique, et dans le reste du monde. Bien que le continent ait tous les atouts pour s'inscrire et croître au sein de ce nouveau paradigme, certains défis persistent, parmi lesquels l'illettrisme et l'illectronisme - qui maintiennent un pourcentage non-négligeable des populations africaines éloignées des avancées de notre siècle. La résolution de ces problématiques se doit d'être prochaine : il y va du développement de l'Afrique de demain.

3 mn

(Crédits : Huawei)

Malgré un fort taux de scolarisation, l'illettrisme - au sens de maîtrise insuffisante des fondamentaux de la lecture, de l'écriture et du calcul - reste en Afrique un défi persistant. Un élève africain sur trois inscrit dans les systèmes éducatifs du continent ne suit pas de cursus régulier. Cet état de fait va souvent de pair avec l'illectronisme, qui peut être défini comme une maitrise insuffisante des outils informatiques et/ou de télécommunications de base, qui structurent pourtant le quotidien des sociétés modernes. En cause, la pauvreté des familles et des communautés, la faible qualité de l'enseignement, ainsi que le manque d'infrastructures : aujourd'hui encore, seuls 60% des africains ont accès à l'électricité.

Cependant, bien qu'ils constituent deux défis différents, la résorption de l'illectronisme peut mener à la fin de l'illettrisme. En effet, la maîtrise des outils numériques ainsi que l'accès à une connexion internet de qualité rendent accessible l'éducation à distance aux zones et foyers les plus modestes ou les plus reculés. Il apparaît ainsi que plus le numérique s'inscrira au cœur du quotidien d'Africains de toutes conditions, plus le continent aura de chance de parvenir à une résorption durable de l'illettrisme. La réponse à ces problématiques dépend maintenant d'importants investissements en faveur du développement de la couverture numérique du continent, issus tant d'institutions publiques que d'organismes privés.

C'est en ce sens que Huawei Northern Africa s'investit fortement dans la réduction de la fracture sociale qu'engendrent l'illettrisme et l'illectronisme, à travers le déploiement - depuis plusieurs années et partout en Afrique - de programmes de formations d'ampleur, tels que Huawei ICT Academy ou encore le programme Seeds fo the future. Tous visent à mettre les jeunesses africaines en situation de pouvoir tirer profit des opportunités qu'offre la révolution numérique. Au-delà de ces investissements de taille, Huawei s'inscrit aussi dans une logique de sensibilisation, notamment à travers le concours « Meilleure Plume d'Afrique ». Ce dernier propose, à ceux qui croient au numérique comme moyen de faciliter en Afrique l'accès à l'éducation pour tous, d'écrire sur ce thème, et de remporter des prix divers.

Du côté des institutions publiques, de nombreux états africains - à l'image de l'Ethiopie - ont lancé depuis plusieurs années des programmes d'alphabétisation de masse, mené des initiatives visant à garantir la connexion internet dans les zones les plus reculées, et même fournit du matériel aux écoles vulnérables. Ces initiatives, menées main dans la main avec des entreprises privées souvent spécialistes du numérique, sont les conditions sine qua none de l'annihilation de l'illettrisme et de l'illectronisme en Afrique. Nous en sommes convaincus : les états du continent, accompagnés par des partenaires privés de longue date - ont intérêt à investir dans le numérique comme moyen d'émancipation des populations, et plus particulièrement de la jeunesse, fer de lance de l'émergence de l'Afrique de demain.

(*) Vice-président exécutif de Huawei Northern Africa

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.