Emmanuel Macron : « l'Afrique est notre alliée pour inventer les nouveaux équilibres de demain »

 |   |  930  mots
(Crédits : DR)
Le président français a consacré à l’Afrique une importante partie de son traditionnel discours annuel au ambassadeurs qu’il a prononcé ce lundi 27 août. Sahel, terrorisme, migration et développement ont été au centre de l’allocution de Macron qui a ainsi donné le cadrage de l’action diplomatique française, laquelle fait de l’Afrique une de ses priorités.

Comme c'était annoncé par ses services, l'Afrique était bien présente dans le discours prononcé par le président Emmanuel Macron, ce lundi 27 août, devant les diplomates français. Dans la droite ligne des grandes orientations de sa politique africaine qu'il a annoncé au début de son mandat, notamment à l'occasion du discours de Ouagadougou, le chef de l'Etat français a réaffirmé « l'importance de l'Afrique pour la France ».

Pour Macron, qui a défendu le multilatéralisme mondial aux antipodes de Donald Trump, cette importance tient non seulement au fait que c'est celle de la proximité géographique, « mais aussi une partie de notre identité, à travers notre histoire commune ». Le président français qui a passé en revue la géopolitique mondiale actuelle ainsi que les défis et perspectives pour la France a fait cas de la nécessité pour son pays de renforcer les coalitions avec des partenaires stratégiques comme les pays émergents, « mais c'est plus particulièrement avec l'Afrique que nous devons refonder ces coalitions contemporaines que j'évoquais à l'instant et notre capacité précisément à influer sur le cours du monde » a-t-il précisé.

« L'Afrique n'est pas seulement notre interlocuteur pour parler des crises qui l'affectent, elle est d'abord notre alliée pour inventer les grands équilibres du monde de demain. C'est pourquoi je vous demande à tous d'être les acteurs de ce dialogue : la relation avec l'Afrique, et c'est un message essentiel que je veux ici vous faire passer, n'est pas que l'affaire de nos Ambassadeurs en Afrique. Quand je parle de l'Afrique, je parle de l'ensemble du continent africain dans sa diversité et ses richesses, comme je l'ai expliqué dans mon discours à Ouagadougou, en invitant tous les talents de nos deux continents, et notamment les jeunes européens et africains, à dialoguer sur leur avenir commun », a réaffirmé Emmanuel Macron.

Sahel, Barkhane, Libye et terrorisme

Dans son allocution, le chef de l'Etat français est revenu sur plusieurs sujets d'actualités et d'intérêts communs entre la France et le Continent. C'est surtout le cas avec la lutte contre le terrorisme et l'engagement de l'Hexagone au Sahel où il a tenu à saluer les résultats enregistrés ces derniers mois dans la lutte contre le terrorisme grâce à l'intervention de la Force Barkhane. « Au Sahel nous sommes engagés à plusieurs niveau : à travers la force Barkhane, l'appui à la force conjointe du G5 et à travers et l'Alliance Sahel » a rappelé le président français qui a pris l'engagement de « renforcer notre approche de développement en articulation avec la diplomatie et la défense ». A ce sujet, il a appelé à une poursuite de la réflexion pour le Sahel à travers trois principaux axes notamment la diplomatie, le développement et la défense. « Il faut apporter des prospectives économiques et de vie aux populations », a poursuivi Macron qui appelé en ce sens, et pour ce qui est de la réponse militaire à apporter aux menaces sécuritaires, au renforcement du soutien à la force conjointe du G5 Sahel pour la stabilisation de la région. Emmanuel Macron a ainsi plaidé pour « un renforcement de la coopération avec l'Algérie, le Nigeria et le Cameroun », et la poursuite de la réflexion sur le déploiement d'opérations africaines de paix.

Cependant, conscient des enjeux de l'heure, Macron a réitéré la nécessité d'apporter une réponse politique à la crise libyenne. « Il n'y aura pas de stabilisation au Sahel sans stabilisation en Libye » a reconnu le président français.

« Je crois très profondément à la restauration de la souveraineté libyenne et à l'unité du pays. C'est une composante essentielle de la stabilisation de la région et donc de la lutte contre les terroristes et les trafiquants ».

Aide publique au développement et Francophonie

Le président français a également disserté sur l'Aide publique au développement qui sera modernisée mais aussi rehaussée comme il a promis d'ici 2020. Il a soutenu en ce sens, l'idée d'une politique d'investissement solidaire qui bénéficiera de moyens accrus avec un budget de 1 milliard d'euros en autorisation d'engagements.

Lire aussi : Aide publique au développement : la France, mauvais élève

Sur la question du développement durable également, Emmanuel Macron a fait la part belle à l'Afrique en annonçant d'ailleurs, un déplacement au printemps prochain à Nairobi, au siège du PNUE, pour poursuivre la dynamique du Sommet One Planet en Afrique, sur le terrain.

« Jamais nous ne remporterons la bataille que j'évoquais sur les biens communs, jamais nous ne parviendrons à construire ces nouvelles coopérations et alliances pour l'ordre international qui est le nôtre sans l'Afrique. Jamais nous ne remporterons la bataille pour la biodiversité ou contre le dérèglement climatique sans une participation active des pays africains », a souligné Emmanuel Macron

Le président français qui a également annoncé qu'il se rendra bientôt au Caire en Egypte, qui prendra en 2019 la président en exercice tournante de l'Union Africaine (UA) a mis l'accent sur l'avenir de la Francophonie, lequel se joue également en Afrique. « L'Afrique est également le continent où se joue l'avenir de la Francophonie et, dans une large mesure, celui de notre langue, de notre influence culturelle », a-t-il souligné. C'est la raison pour laquelle, a dit le président français, que la France soutien la candidature endossée par l'Union africaine au poste de secrétaire générale de l'organisation internationale de la francophonie (OIF), dans la perspective du Sommet d'Erevan le 12 octobre prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2018 à 21:40 :
Que ces élites restent en Afrique le peuple n’a pas besoin d’eux ont a assez de personnes intelligentes créateurs d’entreprises etc pour faire fonctionner le pays
Les français s’en sortiront mieux sans les élites !!!
a écrit le 28/08/2018 à 10:54 :
Vous héritez de l'inépuisable bavard stérile et improductif. Gardez le le plus longtemps possible svp mais bon avec toutes les casseroles que lui et son gouvernement drainent en France avec un peu de chance, pour nous, il va rester encore un moment chez vous.

Courage...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :