Elections générales au Maroc : avec l'interdiction des grands meetings, les partis politiques se tournent vers le digital

Alors que la campagne pour les élections législatives, communales et régionales du 8 septembre a débuté ce jeudi, la crise pandémique a impacté l'organisation des grands meetings traditionnels. Les partis se voient obligés d'être plus inventifs, en recourant notamment au porte-à-porte, mais surtout aux réseaux sociaux.

1 mn

(Crédits : Shutterstock)

La campagne électorale pour les élections législatives, communales et régionales au Maroc, prévues le 8 septembre, a démarré ce jeudi 26 août dans le contexte de crise sanitaire.

Cette campagne, qui prendra fin mardi 7 septembre à minuit, constitue une occasion pour les formations politiques en lice de présenter et de défendre devant les électeurs leurs programmes et projets économiques, sociaux et culturels en vue de les convaincre à adhérer aux approches qu'elles préconisent pour surmonter les défis auxquels le pays est confronté.

Mais cette campagne s'annonce atypique au vu des restrictions sanitaires. Dans le contexte de pandémie de la Covid-19, les partis politiques seront obligés d'ajuster leurs stratégies de communication, de recourir aux techniques numériques (visioconférences, meetings hybrides,...), de limiter au minimum les rencontres conventionnelles et d'observer scrupuleusement les restrictions en vigueur contre la pandémie.

Aussi, les candidats sont tenus de rompre avec les méthodes classiques, en l'occurrence les rassemblements et les meetings, jusque-là très privilégiés par les politiciens et d'innover en recourant au digital.

Sans grands meetings, les candidats doivent miser sur le Web pour construire et maîtriser leur e-reputation et surtout proposer un programme à même de capter les jeunes, une cible difficile à séduire sur le terrain.

Pour ce faire, les poadcasts et les meetings virtuels sur les réseaux sociaux feront partie de leurs nouvelles armes pour attirer le maximum de jeunes électeurs, bien qu'ils restent peu nombreux à vouloir participer au scrutin du 8 septembre.

Pour rappel, le parc Internet mobile au Maroc a atteint 28,4 millions d'abonnés à fn mars dernier. D'après l'Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), parc Internet a enregistré pas moins de 4,2 millions nouveaux abonnements entre mars 2020 et mars 2021, soit une augmentation de près de 16%.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.