Mines/Or : le marocain Managem avance ses pions en Guinée

 |  | 459 mots
Lecture 2 min.
Le groupe marocain Managem vient d'étoffer son réseau minier grâce à la constitution d'une Joint-venture avec la multinationale Avocet pour la gestion d'une mine d'or en République de Guinée
Le groupe marocain Managem vient d'étoffer son réseau minier grâce à la constitution d'une Joint-venture avec la multinationale Avocet pour la gestion d'une mine d'or en République de Guinée (Crédits : Reuters)
Le projet aurifère Tri-K, situé en Guinée sera exploité conjointement par Managem et Avocet Mining Plc. Un rapprochement qui se traduira par une joint-venture avec une participation majoritaire du groupe marocain. Une acquisition qui devrait atteindre 70% si les réserves minières atteignent le seuil minimal de 30 tonnes d'or métal.

Le groupe minier marocain, Managem vient de décrocher son ticket d'entrée aux zones aurifères guinéenne. Une opération qui vient suite à un deal conclu entre l'opérateur marocain et Avocet Mining Plc, portant sur la cession d'une partie de ses participations dans le projet aurifère Tri-K en République de Guinée. « Cette transaction avec Avocet permettra à Managem de se positionner dans ce pays prometteur, en ligne avec notre stratégie d'ouverture de nouvelles frontières minières à travers l'Afrique dans le cadre d'un développement à long terme », précise le management du groupe marocain.

 Une réserve estimée à 85 tonnes d'or

Cotée à Londres et Oslo, les activités d'Avocet portent essentiellement sur l'extraction d'or en Afrique de l'Ouest et détenait 100% du projet Tri-K en Guinée. Un point d'extraction qui est situé à quelques 90 km au Nord-Est de Kankan (2e ville de Guinée) et porte sur plusieurs permis d'exploration sur une superficie de 490 km2. Selon une étude de faisabilité initiale conduite par Avocet (octobre 2013), le site abriterait une capacité prévisionnelle de 3 millions d'onces d'or (soit un peu plus de 85 tonnes), dont 480.000 onces de réserves à valoriser par un traitement Heap-Leach (lixiviation en tas).

 Une Joint-venture en deux actes

Concrètement, le rapprochement Managem-Avocet devrait se traduire par la création d'une joint-venture, qui sera chargée du développement, de la construction et l'exploitation du Tri-K. Une structure qui sera pilotée par l'opérateur marocain avec une participation au capital de la JV en 2 temps, pour atteindre 60 à 70% des parts. En clair, lors de la 1ère phase, l'entreprise marocaine devrait prendre le contrôle de 40% des parts dans le projet, lors de la clôture de la transaction (sous réserve de l'obtention des approbations requises par leurs instances gouvernementales respectives). « Le projet Tri-K représente une opportunité de croissance significative et nous avons reçu un soutien fort du ministère des Mines guinéen pour développer un grand projet aurifère », explique la direction de Managem. Durant cette étape seront effectués les différents travaux de sondages, d'ingénieries et d'études technico-économiques. Des actions destinées à rationaliser l'extraction, de manière à accroître les réserves tout en prolongeant la durée de vie de la mine. La 2e phase coïncidera avec une hausse de la prise de participation de Managem pour atteindre 70%, si les réserves minières atteignent 1 million d'onces, équivalent à 30 tonnes d'or métal (seuil minimum). Si les réserves confirmées sont inférieur à 1 million d'onces, la prise de participation ne dépassera pas les 60%. Cet accord rentre, rappelons-le, dans le cadre d'un accord de collaboration dans le domaine minier conclu entre Managem et les autorités guinéennes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :