Banques : le nouveau visage des acteurs de la zone UEMOA-CEMAC

 |   |  440  mots
(Crédits : Reuters)
Au fil de son évolution, le paysage bancaire de la zone Franc de l’UEMOA et de la CEMAC a connu de profondes mutations. Des années 1960 à nos jours, les capitaux des banques ont changé de mains. D’abord dominées par des banques étrangères, ces dernières ont progressivement cédé la place à des banques originaires d’Afrique du Nord et subsaharienne, créant quatre catégories d’acteurs bancaires.

L'une des spécificités mises en exergue par l'étude de FINACTU sur les banques de la zone Franc est l'hétérogénéité de ses acteurs. Des changements majeurs ont été constatés dans leurs compositions par rapport aux premières implantations à partir des années 1960. C'est le résultat d'une mutation qui s'est opérée au fil des années, laissant apparaître quatre types d'acteurs bancaires. L'étude de FINACTU les classe selon leur origine.

Quatre pôles bancaires distincts et hétérogènes

La première catégorie des banques de la zone Franc est composée de groupes internationaux, ayant leur siège en dehors du Continent, comme la Société Générale, BNP Paribas ou encore Citigroup. Le deuxième groupe identifié est constitué de banques d'Afrique du Nord, qui ont leur siège ou centre de décision dans le nord du Continent, notamment au Maroc et en Libye, à l'image d'Attijariwafa bank, BMCE, BCP ou encore la BSIC. La troisième catégorie d'acteurs bancaires est constituée d'établissements financiers d'Afrique subsaharienne qui ont la particularité d'avoir leur siège ou leur centre de décision au sein de la zone Franc. C'est le cas de NSIA Banque, Coris Bank, BGFI, AFRILAND, mais aussi d'Ecobank et d'Orabank. La dernière catégorie bancaire est celle des banques mono-pays. Elles sont présentes dans un seul pays comme Sonibank au Niger, Bridge Bank en Côte d'Ivoire, la Banque de l'habitat au Sénégal et la Banco da Africa Ocidental en Guinée-Bissau.

Mainmise des banques d'origine africaine

L'ensemble des banques de la zone Franc reste néanmoins dominé par celles originaires d'Afrique du Nord et d'Afrique subsaharienne. Elles représentent plus des deux tiers des banques de l'UEMOA et de la CEMAC, équivalant à 115 banques sur 171.

BANQUE UEMOA

De ces groupes, l'on distingue également deux sous-catégories : les banques confinées dans la zone Franc et celles qui se sont développées au-delà de cette zone, à l'instar d'Ecobank ou d'Orabank. En 2017, ces groupes au nombre de 16 ont totalisé 71 implantations dans les régions de la CEMAC et de l'UEMOA, contre 50 en 2010. Le dynamisme est général, alimenté aussi bien par des groupes récemment constitués que par ceux en phase d'expansion comme Oragroup implanté actuellement dans 10 pays de la zone Franc, contre 4 en 2010. Le dynamisme est similaire pour les banques mono-pays qui ont évolué en s'implantant en dehors de leur pays d'origine. C'est le cas de la BCI -initialement Banque pour le Commerce et l'Industrie en Mauritanie- et de CORIS Bank, créée en 2008 au Burkina.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :