En Afrique, l’autre bataille des Rothschild

 |   |  1453  mots
(Crédits : LTA/Creative Commons)
Entre ces deux maisons, c’est une rivalité ancienne, de celles qui ont été mâtinées par des décennies d’intrigues familiales pour exploiter ce nom mythique. Et leur nouveau champ de bataille a un nom : l’Afrique.

C'est désormais aussi sur le continent que se joue une compétition sourde entre deux établissements concurrents aux noms approchants, sur fond de ralentissement de leurs activités traditionnelles dans les marchés européens, asiatiques et américains depuis la crise financière de 2008.

D'un côté, le prestigieux -et plusieurs fois centenaire- Groupe Edmond de Rothschild, ex compagnie Financière Edmond de Rothschild, avec siège à Genève, spécialisé majoritairement dans la gestion de fortune et dirigé depuis 2015 par Ariane de Rothschild, une ancienne cambiste de la Société Générale. Cette dernière est arrivé à la tête du groupe après en avoir gravi plusieurs échelons, mais surtout -disent certaines mauvaises langues- après avoir épousé l'héritier d'Edmond de Rothschild, Benjamin, que le magazine « Le Point » qualifiait dans un portrait de  « redoutable financier » mais dont il se raconte qu'il serait peu intéressé par la gestion de ce mastodonte financier qui gère près de 160 milliards de francs suisses.

Ariane de Rothschild

Face à cette vénérable maison, l'établissement Rothschild & CIE, dirigée par David De Rothschild, fils de Guy, qui vient de remporter le pilotage de la  privatisation de la Banque...

Article réservé aux abonnés

Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous !
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/08/2018 à 22:17 :
Lundi 20 aout 2018
Start-up Agroalimentaire industrie Hargeisa Somaliland Afrique de l’est


Madame, Monsieur
Le Somaliland est un petit pays d’Afrique de l’est qui est non reconnu par les communautés international environ 3.500.000 d’habitants avec Djibouti, Ethiopie et la Somali comme voisins, le secteur privé est très actif et une classe moyenne qui émerge dans la région.
Avec quatre collaborateurs, nous avons lancé la création d’une start-up agroalimentaire industrielle afin de produire lait Stérilisé longue conservation, lait pasteurisé, yaourt brassé ou aromatisé ainsi que jus de fruits (orange, pastèque, mangue et autres fruits possibles).
Récemment nous avons eu des échanges avec une entreprise française SIA qui propose des usines clé en main plus particulièrement en Afrique, mais notre budget est seulement 200 000€ et SIA demande pour réaliser ce projet pour la somme de 3 000 000€.
Nous avons l’honneur de solliciter votre bienveillance un prêt que nous pourrons vous rembourser dès le lancement de nos produits sur les marchés.
Notre but sera de valoriser les agriculteurs locaux et répondre aux demandes des consommateurs somalilandais et pays voisins, jouées un rôle dans l’économie et faire apparaître des produits de bonnes qualités sur les rayons des supermarchés.
Recruter des ingénieurs en nutritions afin de développer les performances de notre produits (saveurs, formats ainsi sécurité alimentations).
A toutes fins utiles, vous trouverez en pièce jointe dans ce courrier électronique les curriculum-vitae des créateurs de l’entreprise.
Vous remerciant par avance de l’intérêt que vous porterez à notre sollicitation, et dans cette attente nous vous prions d’agréer Madame, Monsieur, l’expression de nos respectueuses salutations.

Abdi Mahmoud
a écrit le 04/11/2016 à 5:27 :
Dans ce genre de conflit, il y a rarement un vainqueur. L'histoire peut encore et tjrs en temoigner.
a écrit le 03/11/2016 à 12:40 :
Hé oui les banques ont bien 5 siècles d'existence, avec donc des rentiers remontant depuis le moyen age il ne faut pas s'étonner d'avoir une économie du moyen age.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :