Kenya : le FMI maintient 1,5 milliard de dollars de crédits stand-by pour six mois de plus

 |   |  381  mots
(Crédits : Reuters)
Le FMI vient d’accorder une rallonge de six mois pour des crédits stand-by de 1,5 milliard de dollars en faveur du Kenya. Un programme qui avait été gelé en juin dernier, mais qui sera finalement maintenu jusqu’en septembre prochain.

Le Fonds monétaire international vient d'adresser une réponse favorable à la requête de Nairobi de prolonger de six mois l'accord de confirmation dont l'échéance était prévue pour la fin de ce mois de mars. Cette reconduction signifie également le maintien des crédits stand-by approuvés en mars 2016 et qui s'élevaient à 989,8 millions de dollars, en plus d'une facilité de crédit de quelque 494,9 millions de dollars.

Maintien contre réformes

«Le 12 mars 2018, le Conseil d'administration du FMI a approuvé la demande des autorités kényanes d'une prolongation de six mois de l'accord de confirmation du pays pour accorder plus de temps pour achever les examens en cours», a expliqué le FMI dans un communiqué. Cette annonce devrait rassurer Nairobi, après que le Fonds a déclaré récemment que les facilités de crédit stand-by ne pouvaient être prolongées au-delà de 24 mois.

Un sursis qui a été accordé à Nairobi à la seule condition que les examens soient terminés en septembre prochain, ce qui permettrait aux autorités kényanes d'accéder aux fonds disponibles dans l'accord de confirmation. «A l'appui de cette demande, les autorités se sont engagées à adopter des politiques qui leur permettront d'atteindre les objectifs du programme, notamment réduire le déficit budgétaire et modifier sensiblement les contrôles d'intérêts», précise-t-on du côté du FMI.

Un programme gelé en juin dernier

En septembre 2016, le gouvernement avait adopté un plafond sur les taux débiteurs commerciaux , le fixant à 4% au-dessus du taux de référence de la Banque centrale, afin de limiter le coût d'emprunt auprès des banques commerciales. Une mesure qui avait été justifiée par le fait que les prêteurs n'auraient pas réussi à transmettre les avantages de la croissance industrielle aux consommateurs

Cette extension de programme devrait permettre à Nairobi d'entamer les négociations sur la mise en place éventuelle d'un nouveau programme de soutien en sa faveur. Ces crédits censés protéger l'économie kényane de chocs exogènes avaient été suspendus en juin dernier par le FMI, en raison des dépenses publiques plus élevées que prévu à cause de la sécheresse et d'une période électorale de trois mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :