Production de pétrole  : quand la Banque de France confond « Côte d'Ivoire » et « Togo »

 |   |  607  mots
Le 10 janvier, la Banque de France publiait un Tweet dans lequel elle confirmait avoir rectifié l'erreur sur les chiffres du Togo contenus dans son rapport 2016 de la Zone franc.
Le 10 janvier, la Banque de France publiait un Tweet dans lequel elle confirmait avoir rectifié l'erreur sur les chiffres du Togo contenus dans son rapport 2016 de la Zone franc. (Crédits : AFP)
La Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest vient d'apporter un démenti formel à une erreur de reporting contenue dans le dernier rapport de la Banque de France. Celle-ci a attribué au Togo des données relatives à la production de pétrole de la Côte d'Ivoire, de même que des chiffres sur les principales productions agricoles vivrières et d'exportation, également propres à la Côte d'Ivoire.

Le Togo ne produit pas de pétrole. C'est ce qu'a confirmé à Lomé cette semaine le directeur national de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO), Kossi Tenou. Réagissant à des informations faisant état de la production du pétrole au Togo en se basant sur des données supposées provenir de son institution, le responsable a apporté un démenti en évoquant une erreur dans l'exploitation de données par la Banque de France.

«Les données attribuées au Togo, relatives à la production de pétrole, sont plutôt les statistiques sur la Côte d'Ivoire. Il en est de même des chiffres sur les principales productions agricoles vivrières et d'exportation, qui sont également ceux portant sur la Côte d'Ivoire», a déclaré Kossi Tenou.

Selon lui, le rapport 2016 de la Zone franc publié par la Banque de France, lequel document est à l'origine de l'information, contient une erreur de reporting dans la monographie économique du Togo. «Au demeurant, aucune information disponible à la BCEAO ne permet d'attester que le pétrole est produit au Togo. La Banque centrale dément donc fermement être la source de l'information relative à la production de pétrole par le Togo», a ajouté l'expert qu'il s'est voulu très strict sur la question.

Le Top management de la BCEAO a souligné que son institution a notifié à la Banque de France son erreur. Celle-ci devra publier très prochainement sur son site d'informations un errata, en attendant que les chiffres soient corrigés dans le rapport 2017 en cours d'élaboration.

Kossi Tenou a ajouté que «l'attribution par erreur» des données de la Côte d'Ivoire au Togo ne doit en aucun cas être considérée comme prouvant la production de pétrole par le Togo.

Mercredi, la Banque de France confirmait l'erreur contenue dans son rapport 2016 en précisant l'avoir corrigée, avant de publier la version rectifiée du rapport.

Fin de la polémique ?

L'information a fait grand bruit depuis la semaine dernière. A la lecture de la page 231 du rapport où un tableau indique que le Togo produit du pétrole et commercialise de l'or, plusieurs organisations de la société civile, dont Veille économique de Thomas Dodji Koumou ou le mouvement Martin Luther King du pasteur Komi Edoh, sont montées au créneau en dénonçant ce «scandale du siècle».

«Nous avons publié des informations relatives à l'exportation du pétrole par le Togo. En effet, cette information figure dans le rapport de la Banque de France. Dans l'analyse comparative avec les autres pays, nous avons constaté que les mêmes chiffres figurent dans la monographie de la Côte d'Ivoire. Nous nous posons la question de savoir comment une telle similitude a pu être possible», a déclaré le Thomas Koumou.

 Mais difficile d'arrêter la polémique. Plusieurs rumeurs persistantes depuis quelques années avaient fait état d'une exploitation clandestine du pétrole et de l'or au Togo. Ces données de la BCEAO, si elles ne sont pas pour le Togo, ont pu au moins raviver ces rumeurs. Plusieurs fois, des médias ont mené des enquêtes et publié des témoignages, mais aussi des noms de sociétés étrangères, mais aucune confirmation n'a jamais été donnée sur une supposée exploitation clandestine de pétrole ou d'or au Togo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :