Gambie : le cadeau financier de l’UE pour le début de mandat d’Adama Barrow

 |   |  425  mots
(Crédits : Site State House Gambie)
Depuis le retour d'Adama Barrow à Banjul, le ballet des diplomates occidentaux à Taf Brufut la résidence présidentielle temporaire, s'est achevé sur une note financière. Pour accompagner le nouveau président gambien dans ses premières années de pouvoir, l'Union européenne a débloqué une enveloppe de 225 millions d'euros en guise d'aide à la reconstruction de l'économie de la Gambie.

225 millions d'euros ! C'est l'enveloppe que l'Union européenne a débloqué pour le gouvernement Barrow. Ce cadeau financier représentant près de 11 milliards de dalasis (la monnaie gambienne), a été annoncé par Neven Mimica, le Commissaire européen chargé de la coopération internationale et du développement, lors de sa visite dans la capitale gambienne, jeudi 09 février.

Dans le détail, l'Union européenne va d'abord débloquer d'urgence environ 75 millions d'euros soit quelque 3,5 milliards de dalasis. Cette enveloppe arrive comme une bouée de sauvetage financière pour le gouvernement d'Adama Barrow qui indiquait que le pays ne disposait que deux mois de réserves de change dans les caisses de l'Etat.

Néanmoins, l'institution européenne insiste pour que cette première enveloppe soit destinée à la sécurité alimentaire et à la lutte contre le chômage mais aussi à la construction et la réfection des infrastructures routières du pays.

Dans un deuxième temps, l'Union européenne prévoit le versement des 150 millions d'euros (près de 7 milliards de dalasis) de reliquat à un rythme régulier au gouvernement régulier. En réalité, ce décalage entre les versements est un moyen pour l'Union européenne de scruter et tester la méthode Barrow de gestion des fonds étatiques.

A titre de rappel, l'aide européenne à la Gambie a été suspendue en 2014 sur fonds de différends entre l'institution et l'ex-président Yahya Jammeh. Ce dernier qui a refusé l'établissement d'un bureau des droits de l'Homme à Banjul, avait provoqué la fermeture du robinet financier européen.

Concrétiser les promesses d'avenir

Adama Barrow aura donc fort à faire pour espérer garder cette enveloppe européenne. Les défis du nouveau président sont énormes et son accession au pouvoir a été accueilli par un vent d'espoir. Le « tombeur de Yahya Jammeh » doit relever un pays dont 60% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

Les challenges concernent aussi l'accès à l'éducation des près de 2 millions de Gambiens au sein desquels le taux d'analphabétisme frise les 50%. Il faudra aussi relever une économie basée sur les recettes intermittentes du tourisme et sur une agriculture vivrière.

Le retour des organisations internationales taxées de « néo-colonialistes » et bannies par le régime Jammeh, devrait replacer la Gambie sur le radar des investisseurs internationaux. Mais le plus grand défi sera de se départir de l'euphorie du départ de Jammeh pour que l'avenir radieux promis soit une réalité pour les Gambiens !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :